Clicky

Vivendi lâche la grappe d’Ubisoft, du moins pour l’heure

La famille Guillemot restera de manière sûre et certaine aux commandes d’Ubisoft pour les six prochains mois minimum. C’est en tout cas ce que l’on apprend de la présentation des résultats financiers de Vivendi. Le groupe de Vincent Bolloré y indique notamment ne pas avoir l’intention de soumettre une offre publique de rachat pour la firme d’Yves Guillemot au cours des six mois à venir.

Une excellente nouvelle pour Ubisoft, qui voit ainsi retomber d’un cran la pression exercée par Vivendi au sein de son conseil d’administration. Il faut toutefois rappeler qu’après le statu quo arraché fin septembre par l’éditeur français lors de son assemblée générale des actionnaires, l’hypothèse d’une OPA lancée par Vivendi semblait nettement moins probable que par le passé.

Le groupe de Vincent Bolloré a indiqué qu’il n’était pas dans son intention de déposer une offre publique d’achat pour Ubisoft au cours des six prochains mois.

Si l’on estimait les chances d’OPA à 80% l’année dernière, et à seulement 50% fin septembre, il est à présent fort possible que ce taux de probabilité soit à revoir de nouveau à la baisse,  compte tenu notamment de la situation précaire dans laquelle Vivendi semble se trouver sur du dossier Ubisoft. Reste maintenant à savoir quelle sera la prochaine étape pour la holding…

Vivendi ne franchira pas le seuil des 30% au capital d’Ubisoft

À la lecture du communiqué présentant les résultats financiers de Vivendi, on découvre que les intentions du groupe de Vincent Bolloré sont de rester coûte que coûte sous la barre des 30% du capital de l’éditeur français. Passé ce seuil, la holding de l’homme d’affaires breton aurait été légalement tenue de lancer une offre publique de rachat, ce qui n’est plus souhaitable de son côté visiblement.

Cela ne veut pas pour autant dire que Vivendi en a totalement fini avec Ubisoft, ou que le groupe – spécialisé dans les divertissements et la communication – tournera le dos au monde du jeu vidéo. L’actuel propriétaire de Gameloft indique ainsi que le secteur du jeu vidéo représente « le deuxième plus important dans les contenus après la musique » ajoutant que « le Groupe confirme sa volonté d’y poursuivre son développement ».

Du côté d’Ubisoft l’heure est aux réjouissances… et à la méfiance, l’éditeur ayant indiqué dans un communiqué  « Nous resterons vigilants sur leurs intentions à long terme et continuerons à poursuivre notre stratégie de croissance et de création de valeur dans l’intérêt de l’ensemble de nos actionnaires ».

Affaire à suivre…

Mots-clés ubisoftvivendi

Share this post

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.