Voici à quoi ressemblait notre plus vieil ancêtre connu

Le Saccorhytus coronarius mesurait à peine plus d’un millimètre et il était assez laid. Pourtant, sans lui, nous ne serions pas ici. Cette étonnante créature serait en effet l’ancêtre préhistorique commun de nombreuses espèces différentes, à commencer par la nôtre. C’est précisément ce qui a poussé une équipe scientifique composée de chercheurs de différentes nationalités à s’intéresser à son cas.

L’Homme est un vertébré et il appartient aux Deutérostomiens. Extrêmement varié, ce dernier regroupe de nombreuses créatures.

Saccorhytus coronarius : image 1

Notre ancêtre était pourvu d’une grande bouche.

Les étoiles de mer en font partie. Les vers marins aussi. De même pour nos amis les oursins.

Le Saccorhytus coronarius n’est pas un animal comme les autres

Le Saccorhytus coronarius, lui, est âgé de 540 millions d’années et il a totalement disparu de notre planète depuis fort fort longtemps. Toutefois, des chercheurs ont récemment découvert un fossile de la créature en effectuant des fouilles en Chine, dans la province de Shaanxi.

Intrigués par son allure, ils l’ont étudié pendant plusieurs mois. Ils ont fini par déterminer que l’animal appartenait lui aussi à ce groupe d’animaux.

Mieux, selon le professeur Simon Conway Morris, le coauteur de cette étude, l’animal pourrait être « le point de départ d’une très grande variété d’espèces, dont l’Homme ». En d’autres termes, il serait l’ancêtre commun de tous les Deutérostomes, et également le nôtre.

Mais à quoi ressemblait cette fameuse créature, alors ? Le fossile retrouvé en Chine était extrêmement bien détaillé, mais incomplet. Les chercheurs ont été en mesure de déterminer que l’animal ne mesurait pas plus d’un millimètre et qu’il était pourvu d’une énorme bouche occupant une bonne partie de son corps.

Aussi étrange que cela puisse paraître, d’après les scientifiques, l’animal était aussi dépourvu d’anus. Il avalait donc sa nourriture et il l’évacuait par le même orifice. Remarquez, c’est encore le cas pour certains de nos semblables. Inutile de citer des noms.

Une grande bouche et pas d’anus

Le Saccorhytus coronarius n’avait rien d’un prédateur. Il se nourrissait en réalité de tout ce qui passait à partir de sa bouche. Des particules, ou même de petits animaux.

En observant le fossile au microscope, les chercheurs ont également repéré plusieurs structures coniques présentes sur tout le corps de l’animal. Au nombre de huit, ils auraient pu servir à évacuer l’eau avalée et faire ainsi office de branchies, mais ce n’est pas une certitude.

Fait intéressant, l’animal n’était pas un coquillage. Il était doté de muscles et même d’une fine couche de peau. En revanche, il n’avait pas de membres et il devait donc contracter ses muscles et se tortiller pour se déplacer.

Degan Shu, une chercheuse de l’Université Northwest de Xi’An en Chine, pense que cette créature nous permettra de mieux comprendre l’évolution des espèces… et aussi de mieux les différencier.

L’étude complète a été publiée dans la revue Nature.

Saccorhytus coronarius : image 2 Saccorhytus coronarius : image 3

Crédits : S. Conway Morris / Jian Han