Voici la plus ancienne couleur naturelle découverte à ce jour

Une équipe de chercheurs dirigée par le Dr. Nur Gueneli vient de découvrir la couleur la plus ancienne. Les études ont été réalisées à l’école de recherche des sciences de la Terre de l’Université nationale australienne (ANU). L’équipe a reçu l’appui de Geoscience Australia ainsi que de scientifiques américains et japonais. Les pierres qui ont servi à l’étude ont été retrouvées dans le désert de Sahara, en Mauritanie.

La couleur rose vif a été découverte à partir d’anciens pigments extraits dans des pierres vieilles de plus d’un milliard d’années. C’est une compagnie pétrolière espérant exploiter du schiste dans cette partie d’Afrique de l’Ouest qui a rapporté les pierres afin d’être examinées. Les échantillons ont permis l’analyse les molécules d’anciens organismes se trouvant à l’intérieur.

anu

Lorsque les fossiles sont dilués, ils deviennent rose vif. Lorsqu’ils sont concentrés, la couleur varie de rouge sang au violet foncé.  L’étude a été publiée dans la revue Proceedings of the national academy of Sciences of the United States of America.

La couleur naturelle la plus ancienne

D’après l’Australian National University, « ce flacon de porphyrines de couleur rose représente les plus vieux pigments intacts au monde ». Jusqu’ici, le rouge, le vert et le bleu étaient les seuls à être reconnus comme couleurs de base. Cependant, les récentes recherches ont démontré que la couleur rouge est apparue bien plus longtemps après ces ombres roses vives.

L’ancienne couleur nouvellement découverte a ainsi été trouvée sur des restes d’organismes vivants qui ont peuplé les océans, il y a plus d’un milliard d’années. Les schistes argileux retrouvés sous le Sahara ont révélé d’autres informations encore plus inattendues concernant l’histoire géologique. Ils pourraient permettre d’en savoir davantage sur l’évolution de la vie sur Terre.

Une planète autrefois couverte d’océan

La compréhension générale de la géologie et de l’histoire du monde est ainsi à revoir. D’après l’explication des scientifiques : « Ces anciens pigments sont les fossiles moléculaires de la chlorophylle, produits par d’anciens organismes photosynthétiques habitant un océan ancien qui a disparu depuis longtemps ». Les recherches ont révélé que le lieu de prélèvement des rochers était autrefois couvert d’océan alors qu’il se trouve actuellement au cœur du continent africain.

« L’analyse précise des pigments anciens a confirmé que de minuscules cyanobactéries dominaient la base de la chaîne alimentaire dans les océans il y a un milliard d’années. Ce qui aide à expliquer pourquoi les animaux n’existaient pas à l’époque », ont ajouté les experts. Des micro-organismes, appelés cyanobactéries, présents dans les océans ont contribué à la raréfaction des ressources en nourriture sur Terre pendant quelques milliards d’années. Les grands organismes actifs, dont les grands animaux et les êtres humains, n’ont fait leur apparition qu’il y a environ six cent cinquante millions d’années. C’était au moment où les algues ont commencé à se répandre pour fournir l’énergie nécessaire à l’évolution des écosystèmes complexes.

Crédits Photo : ANU

Mots-clés histoire