Voici une des îles les plus dangereuses au monde

L’Île de North Sentinel a tout pour plaire. Une végétation luxuriante, des plages de sable fin et une eau translucide. Pourtant, il s’agit d’un des endroits les plus dangereux au monde car ses habitants attaquent méthodiquement toutes les personnes approchant de leur territoire, et ce depuis plusieurs siècles.

L’île est située dans l’océan indien, dans le golfe du Bengale, a quelques kilomètres des îles Andaman. Elle est dotée d’une superficie de 72 km2 et elle est officiellement administrée par l’Inde depuis la fin des années 40.

Les Sentinelles

Les Sentinelles ne sont pas la tribu la plus accueillante du monde.

Toutefois, dans les faits, la situation est un peu plus compliquée car personne n’est autorisée à poser les pieds sur ses plages.

Personne n’a le droit de s’approcher de l’Île de North Sentinel

En réalité, l’Île de North Sentinel est occupée par une ancienne tribu autochtone baptisée Les Sentinelles. Elle compte environ 250 membres et elle vit sur place depuis 60 000 ans.

Les membres de la tribu refusent tout contact avec le monde extérieur et ils font ainsi partie des derniers humains à être restés à l’écart de la civilisation moderne. A l’heure actuelle, nous savons peu de choses à leur sujet mais beaucoup pensent que Les Sentinelles sont liés aux Jarawa-Onge, les habitants des îles Andaman.

Personne ne connait leurs coutumes ni même leurs croyances. Ils se montrent en effet très agressifs avec toutes les personnes qui s’approchent de l’île et ils n’hésitent d’ailleurs pas à brandir leurs arcs et leurs lances pour protéger leur territoire.

L’île a été très touchée par le tsunami de 2004 mais Les Sentinelles ont tout de même survécu et ils ont reconstruit leur village après avoir fait leurs adieux à leurs morts. A l’époque, un hélicoptère est venu leur apporter des vivres mais il n’a pas eu l’occasion de se poser. Les membres de la tribu l’ont immédiatement attaqué à l’aide de leurs lances.

Une seule personne a réussi à fouler le sol de l’île

Deux ans plus tard, des pêcheurs ont été retrouvés à proximité des côtes de l’île, morts. Ils s’étaient visiblement un peu trop approchés de l’île. Depuis lors, le gouvernement indien a décidé de ne plus tenter d’approche pour éviter de nouveaux drames.

La seule personne qui a réussi à établir un contact avec eux est un anthropologue britannique du nom de Trilokinath Pandit. Il a commencé à s’intéresser à l’île dans les années 60 et il a tenté plusieurs fois de s’approcher de la tribu, sans succès. Les Sentinelles lui ont cependant permis de jeter l’encre en 1991 mais il avait du se débarrasser de ses vêtements, de ses lunettes, de sa montre et de ses chaussures.

Contre toute attente, la tribu avait laissé son assistant filmer l’excursion et elle avait révélé que le peuple de l’île n’était pas cannibale et qu’il ne vivait sous le règne d’aucun chef ou de sorcier. En réalité, les habitants de l’île vivent en bonne intelligence les uns avec les autres.

L’un dans l’autre, ils ont sans doute raison de refuser tout contact avec le monde moderne. La vraie menace n’est peut-être pas celle que l’on pense.

Mots-clés insolitesociologie