Voyager 2 se situe maintenant à plus de 11 milliards de kilomètres de la Terre

Bonne nouvelle dans le milieu aérospatial : la sonde Voyager 2 a franchi l’espace interstellaire.

Dans un communiqué officiel, la NASA déclare que, le 5 novembre, elle a rejoint son acolyte, Voyager 1. Ce dernier a atteint le même cap il y a de cela 6 ans, c’est-à-dire en 2012. Le lancement des deux sondes a eu lieu en 1977, et leur trajet n’était pas le même. En tout cas, ce sont les seuls engins spatiaux humains à voyager à plus de 11 milliards de kilomètres de la Terre.

Les sondes Voyager s'improvisent musiciennes

La date du 5 novembre est purement estimative. Selon les scientifiques, elle coïncide avec le jour où Voyager 2 est passé au-delà de l’héliopause.

La preuve, à cette même date, ils ont constaté une baisse soudaine et significative des particules plasmatiques. L’instrument PLS a également dénoté une augmentation des rayons cosmiques du système solaire.

Les sondes Voyager 1 et Voyager 2 sont les premières à réussir un tel exploit et à aller aussi loin. Cette partie de la galaxie n’a jamais été explorée par d’autres engins.

Les sondes Voyager 1 et Voyager  2 n’ont pas quitté le système solaire

La NASA a été formelle sur un point : ni Voyager 1 ni Voyager 2 n’ont encore quitté le système solaire. Les deux sondes ont tout simplement franchi la frontière de l’héliosphère. Les scientifiques appellent cette limite l’héliopause. S’apparentant à une bulle, cette couche sépare l’espace interstellaire et l’héliosphère.

Si l’on se réfère aux données collectées par l’instrument PLS, sur l’héliopause, les rayons cosmiques influent davantage que les rayons solaires. Les scientifiques sont d’ores et déjà prêts à analyser les résultats de la découverte de deux sondes. Ce jour marque un grand tournant dans l’histoire de l’espace.

Les sondes Voyager 1 et 2 ont accompli leur mission

Suzanne Dodd, chef de projet Voyager au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, affiche clairement sa satisfaction. Son équipe et elle sont d’accord sur un point : les deux sondes ont pleinement accompli leur mission.

Cela a pris du temps, mais le résultat est là.

Les scientifiques de la NASA disposent de tous les équipements nécessaires pour recevoir les lectures de plasma envoyées par les deux sondes Voyager. L’instrument PLS du Voyager 1 étant tombé en panne en 1980,  la sonde Voyager 2 sera donc la seule à diffuser des informations fiables.

L’analyse de ces données permettra de déterminer la nature des interférences entre l’écosystème interstellaire et les extrémités de l’héliosphère.

Mots-clés espaceNASAvoyager