Clicky

WhatsApp : Momo aurait fait une première victime

Momo a beaucoup fait parler de lui depuis son arrivée sur WhatsApp, et la tendance ne semble pas être sur le point de s’inverser. Bien au contraire. Il aurait effectivement fait une première victime.

Momo est le nouveau challenge à la mode, un challenge particulièrement malsain et dangereux. À l’origine, tout se passe sur WhatsApp et tout commence avec un simple message envoyé par un dénommé Momo, une créature aux traits inhumains.

Momo WhatsApp

Momo tient en effet plus du monstre que du bon copain. Entre ses yeux exorbités dénués de cils et de paupières et son sourire carnassier, la créature semble en effet sortir tout droit d’un remake de The Ring.

Momo, un challenge malsain en circulation sur WhatsApp

Mais ce n’est pas le plus inquiétant. Après un premier message de bienvenue, Momo va rapidement changer de ton et il va ainsi commencer par envoyer à l’utilisateur des informations privées comme son nom, son prénom ou même son adresse. Puis, très vite, des menaces.

La créature n’est en effet pas là pour lier connaissance. Elle imposera ainsi à l’utilisateur des challenges journaliers. Et s’il ne suit pas ses directives, alors il s’expose à de lourdes sanctions. Momo ne fait en effet pas dans la dentelle.

Dans les faits, Momo n’a bien entendu aucune existence. En réalité, le monstre n’a pas d’identité propre et les instigateurs de cette campagne nauséabonde ont simplement repris la photo d’une sculpture d’un artiste nippon du nom de Midori Hayashi.

Le problème, bien sûr, c’est que cette campagne vise avant tout les enfants et les adolescents. Un public fragile et facilement influençable.

Une fillette s’est pendue en Argentine

Or justement, si l’on en croit le Buenos Aires Times, alors Momo aurait fait sa toute première victime.

Dimanche, une fillette de douze ans a en effet mis fin à ses jours en se pendant à un arbre situé dans la cour arrière de la maison familiale, une maison située à une cinquantaine de kilomètres de Buenos Aires.

D’après le rapport préliminaire, les enquêteurs auraient établi un lien entre la mort tragique de cette adolescente et le challenge Momo. L’enquête est toujours en cours, mais les autorités pensent que la fillette a été poussée au suicide par une autre personne. Ils ont en effet retrouvé sur son téléphone une vidéo tournée quelques minutes avant le drame.

Ces informations sont à prendre avec prudence, mais les enquêteurs chargés de l’affaire seraient notamment en train de faire des recherches sur un adolescent de 18 ans rencontré sur les réseaux sociaux.

Mots-clés whatsapp

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.