Le WiFi peut aussi être utilisé pour surveiller notre sommeil

Grâce au dispositif mis au point par les chercheurs du MIT, il est désormais possible d’analyser le sommeil d’une personne sans utiliser d’électrodes. Ce dispositif capte le signal émis par les ondes radio d’un routeur Wifi réfléchies par la pièce. L’algorithme dudit dispositif va permettre de déchiffrer ce signal et de surveiller le sommeil d’une personne. Cet instrument semble plus efficace que les techniques d’EEG.

C’est le professeur du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (CSAIL) Dina Katabi qui a proposé cette idée. Le routeur Wifi peut ainsi savoir dans quelle phase de sommeil vous vous trouvez. Il pourra également évaluer votre qualité de sommeil par rapport à la durée de votre sommeil profond. Ce dernier s’avère être très important pour renforcer la mémoire.

Dormir Nu

En collaborant avec des chercheurs venant du Massachussets General Hospital, ce professeur a pu mettre au point ce dispositif.

Un dispositif plus commode que l’EEG

À l’heure actuelle, nous avons recours à l’électroencéphalographie ou EEG pour examiner les troubles du sommeil. Cet examen a souvent lieu dans les hôpitaux. Pourtant, les résultats du test peuvent être remis en question. Le patient sera-t-il assez à l’aise pour dormir dans un hôpital, un milieu non familier ?

C’est pour surmonter cet inconfort que le MIT a créé ce dispositif innovant. Cet outil se base sur un émetteur d’ondes radio de faible fréquence, qui a la dimension d’un ordinateur portable.

Il sera associé à une intelligence artificielle dont le rôle sera d’analyser les données.

Une précision similaire à celle de l’électroencéphalographie

On installe le dispositif dans une chambre à coucher et celui-ci émettra des ondes qui seront réfléchies par l’utilisateur. Au moindre geste, le dispositif vérifiera les signes vitaux de la personne comme son rythme cardiaque ou sa fréquence respiratoire.

Ce dispositif innovant est le fruit des anciennes recherches effectuées par le CSAIL portant sur la vitesse de déplacement ou la détection des émotions chez un individu. Cet outil identifie les phases légère, profonde et paradoxale dont est constitué le sommeil grâce à l’algorithme d’apprentissage.

Durant les tests effectués sur vingt-cinq volontaires, le dispositif a réussi à reconnaître ces trois phases avec une précision de quatre-vingts pour cent. Ce chiffre est similaire à la précision de l’EEG. Toute la différence se trouve dans le confort de la maison et la commodité du dormeur examiné.

Mots-clés médecinesantéwifi