Wikileaks dévoile 140.000 mails de Steve Jobs

Alors là… Nul doute que l’affaire risque de faire beaucoup de bruit. Après avoir balancé une tonne d’infos sur la manière dont se voient nos charmants diplomates et après avoir effrayé l’armée américaine, voilà que Wikileaks s’en prend à l’un des hommes les plus aimés et les plus détestés de notre histoire : Steve Jobs. Car en effet, les gars ont dévoilé pas moins de 140.000 mails du patron d’Apple, ce qui nous permet finalement d’apprendre tout plein de choses à son sujet. Hum, hum, je sens que vous avez une petite lueur qui vient de naitre dans votre regard.

Mais rassurez-vous car il n’est nullement question de sexe ou de scoops sur la vie intime de notre prophète. Non, en réalité, on apprend finalement des trucs pas très utiles, comme le fait que 88 % de ses messages contiennent moins de 4 mots et que 84 % n’en comptent qu’un seul : « No ». Et en même temps, c’est bien de Steve Jobs dont on parle, hein, alors faut voir le nombre de mails et de demandes barrées qu’on doit lui adresser, à commencer par le redondant « Tu me files un Mac Pro 12 coeurs ? ». Bah quoi, ça aurait pu marcher, hein ?

Cela dit, il y a deux points qui retiendront toute notre attention. Le premier, c’est qu’il a envoyé valser Kim Jong II (le gars de la Corée du Nord) lorsque ce dernier lui a demandé un des nouveaux iPod Touch en avant-première. Faut dire aussi que le mec lui avait demandé « a favor from one dictator to another ». Forcément, Steve était obligé de lui balancer un « Hell no » histoire de lui faire comprendre qui était vraiment le patron. Et le second point, c’est que Steve a échangé pas mal de mail avec… la Pape. Et en même temps, quand tu frôles la mort, tu as drôlement tendance à te rapprocher du Grand Barbu. Cela dit, on notera que c’est peut-être aussi pour ça que notre iPapy montre autant de réticences envers la pornographie…

Pour ceux qui se posent la question…

C’EST UN FAKE !

Mais j’avoue, après relecture de mon article, ça prêtait un peu à confusion. Manque de second degré, la prochaine fois j’attendrai d’avoir trois ou quatre cafés de plus dans le sang afin de rédiger mon billet.

Via