Wikimedia France : Rémi Mathis quitte à son tour le navire

Plus tôt dans la semaine, plusieurs membres de la branche française de Wikimedia ont décidé de présenter leur démission et de quitter ainsi le conseil scientifique du groupe. Parmi eux, il y a Rémi Mathis, un historien qui a présidé l’association pendant environ trois ans, entre 2011 et 2014. Il a annoncé la nouvelle via son compte Twitter.

Il explique dans son post qu’il quittait ses fonctions au sein de Wikimedia France pour protester contre « la violence » et « le sexisme » pratiqué par certains de ses collègues.

L’ancien directeur déplore notamment « l’inaction de WM France » face à la culture d’entreprise nocive qui règne depuis quelques mois.

Rémi Mathis quitte Wikimedia France

Rémi Mathis fait surtout allusion au départ de Nathalie Martin, alors directrice exécutive. Prétendument victime de sexisme et harcèlement, elle avait donné sa démission le mois de septembre dernier.

Trois autres membres de Wikimedia France ont également décidé de quitter le navire. Rémi Mathis révèle qu’il s’agit du mathématicien et député LREM Cédric Villani, du conservateur de musée Laurent Le Bon, ainsi que de l’écrivain Frédéric Martel.

Tous ont pris la décision de quitter le conseil scientifique de l’association suite à l’affaire concernant le départ de Nathalie Martin.

Cette dernière aurait été la cible d’un comportement de meute et de harcèlement pendant plusieurs mois. « Quelques personnes, pour des motivations obscures et peu compatibles avec l’intérêt collectif de notre action, n’ont eu de cesse de me calomnier et de me harceler. » avait-elle déclaré dans un mail.

Une plainte aurait en outre été déposée selon le journal Le Monde.

Wikimedia fermerait les yeux

Rémi Mathis va encore plus loin dans ses révélations en dénonçant l’absence de réaction de la part de la Wikimedia Foundation (WF) face à toute cette histoire.

Il déplore le fait que la maison mère de Wikipedia « n’ait rien fait pour s’opposer à ces violences, dont une partie s’est passée sur ses listes et ses sites. » Pour l’historien, la faute est d’autant plus grave, car il affirme avoir envoyé plusieurs messages à la WF entre les mois de juillet et octobre pour les informer de la situation.

« À l’époque où le monde du spectacle commence à réagir et à dénoncer les Weinstein, il est proprement insupportable que le monde du numérique – et le meilleur – continue à mettre la poussière sous le tapis et à refuser de prendre ses responsabilités contre des comportements malsains, dangereux, violents et sexistes. » a-t-il déclaré sur Medium.

Pour aller plus loin, Thierry Noisette a publié cet été un long dossier portant sur les différents problèmes rencontrés chez Wikimédia France.

MAJ: Wikimedia dément formellement les propos de Rémi Mathis. Notamment les accusations de harcèlement et de sexisme.

Mots-clés wikimedia