Wikipédia : une fermeture en Russie pour protester !

En occident, nous devons faire face à un paquet de loi imbécile mettant en danger nos libertés individuelles, mais c’est évidemment pire du côté de la Chine ou même de la Russie. Preuve en est, chez nos amis russes, un nouveau projet de loi est en train de voir le jour, un projet de loi visant à interdire l’accès à certains contenus et donc, par extension, à certaines informations. Très inquiétant, évidemment, et c’est justement ce qui a poussé la division russe de la Wikipédia à fermer temporairement leur site histoire de protester contre cette nouvelle loi.

Wikipédia : une fermeture en Russie pour protester !

Le message publié sur la page d’accueil du portail est d’ailleurs on ne peut plus clair. Bon, enfin pas vraiment  – il est écrit en russe donc voilà – mais il suffit de passer par la case « Google Traduction » pour y voir un peu plus clair. Concrètement, donc, la Wikipédia met en garde les citoyens russes contre la réforme de la Loi sur l’Information. D’après ce qu’ils avancent, plusieurs amendements seraient en cours d’élaboration et il serait donc question de permettre au gouvernement russe de fermer tous les sites qui ne lui plaise pas sans avoir à passer par une instruction judiciaire. Forcément, ça rappelle pas mal de choses, on pensera notamment à ACTA / CETA. Concrètement, donc, ce brave Vladimir Poutine souhaite importer en Russie le « Great Firewall of China » et donc cette fameuse saloperie qui empêche les internautes chinois d’accéder à l’information.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j’ai vraiment l’impression que plus le temps passe, et plus nos gouvernements cherchent à mettre en place des systèmes, des technologies, dignes des plus grandes dictatures mondiales. A croire qu’ils ont désormais toute légitimité pour piétiner comme bon leur semble nos libertés individuelles. Le tout sous couvert de protéger une poignée de privilégiés qui pensent connaître le monde, notre monde, alors qu’ils passent le plus clair de leur temps enfermés dans leur tour d’ivoire.

Il n’y a pas de doute, George Orwell était vraiment un visionnaire.

Via

Mots-clés webwikipedia