Wikivoyage, le guide de voyage collaboratif de Wikimedia

Fondée en 2003 par Jimmy Wales, Wikimedia a lancée au fil des années un bon nombre de services. Le plus connu d’entre eux, c’est bien évidemment la Wikipédia mais ce n’est évidemment pas le seul puisque la fondation est également à la tête d’autres outils comme le Wiktionnaire, Wikibooks ou encore Wikinews. Or justement, Wikimedia va ajouter très prochainement une nouvelle corde à son arc qui se présentera comme un guide de voyage collaboratif. Wikivoyage, c’est le nom de ce dernier, devrait donc ouvrir ses portes dès la semaine prochaine et c’est justement pour cette raison qu’on en parle.

Bien qu’on ne connaisse pas encore tous les détails à son sujet (façon de parler), on sait que le Wikivoyage aura pour objectif de permettre aux internautes de partager leurs voyages et de découvrir les contributions des autres voyageurs. Grâce à ce service, chacun pourra donc obtenir des informations sur les destinations de son choix et découvrir ainsi les lieux intéressants à visiter, mais aussi les bons plans de tous les pays et de toutes les régions du globe.

Wikivoyage, le guide de voyage collaboratif de Wikimedia

Wikivoyage, le guide de voyage collaboratif de la fondation Wikimedia.

L’objectif du Wikivoyage, c’est donc de fournir un guide de voyage complet, constamment mis à jour et accessible gratuitement par n’importe quel internaute. Ce qu’il faut savoir, d’ailleurs, c’est que le projet n’est pas neuf puisque le projet a en réalité été fondé en 2003. Toutefois, à l’époque, ce dernier n’était pas lié à la fondation Wikimedia et ce n’est donc que quelques années plus tard, en 2006, que certains contributeurs ont décidé de faire scission pour rejoindre les rangs de la fondation et commencer à travailler sur ce projet particulièrement ambitieux.

En outre, on peut également préciser que Wikivoyage est déjà accessible en ligne, à l’adresse suivante : http://fr.wikivoyage.org. Néanmoins, pour le moment, le service n’est disponible qu’en version bêta et c’est donc dès la semaine prochaine qu’il devrait ouvrir officiellement ses portes. Et même s’il faudra attendre encore quelques mois, ou même quelques années, avant qu’il ne profite d’un contenu complet, on ne peut pas s’empêcher de penser que ce dernier ne fera sans doute pas les affaires des guides papier. Surtout s’il s’accompagne d’une version mobile, d’ailleurs.

Grosse pensée, donc, pour le Guide du Routard et tous les autres.