Wing Project, Google développe un moyen de contrôler le trafic de ses drones

Google et sa maison mère, Alphabet, travaillent actuellement sur une tour de contrôle qui va permettre de gérer le trafic des drones livreurs qu’elle compte lancer très prochainement. Le but est d’éviter tout risque de collision dans le ciel lorsque les appareils seront tous déployés en même temps. Les premiers tests ont été menés le mardi 6 juin 2017 par l’université américaine de VirginiaTech, en collaboration avec la NASA et l’autorité de régulation américaine de l’aviation civile (FAA).

Les tests se sont déroulés dans des plaines désertes en Californie, où ont été déployés six drones dont trois sont des drones livreurs du « Project Wing » de Google. Un seul technicien a été chargé de contrôler les trois machines volantes en utilisant un logiciel encore expérimental qui permet de planifier en temps réels les trajectoires des appareils.

Project Wing

Les trois autres machines volantes testées appartenaient à d’autres opérateurs, plus précisément deux quadricopères d’Intel et un DJI Inspire à contrôle manuel classique.

Une tour de contrôle pour les drones

Bientôt, les drones seront nombreux à être déployés dans le ciel, ne serait-ce que ceux du prochain service de livraison d’Alphabet. Voilà pourquoi la maison mère de Google a décidé de prendre les devants en développant une plateforme qui permet de gérer automatiquement les plans de vol de tous types de drones. Le but est d’éviter les collisions en planifiant une route différente pour chaque appareil.

Cette « tour de contrôle » est capable de prévenir les risques de collision en modifiant rapidement le plan de vol initial. Elle informe ensuite l’opérateur en charge des drones de la nouvelle trajectoire de chacun. Le système permet également de programmer des plans de vol qui ne passent pas par les zones d’exclusion aérienne.

Dans le cadre du « Project Wing » de Google

Depuis 2014, Google travaille sur un projet de drones livreurs baptisé « Project Wing ». Il s’agit d’un service de livraison commercial par drone qui devrait être opérationnel cette année. Les machines sont équipées de quatre hélices qui leur permettent de rester en vol stationnaire le temps de déposer le paquet. Elles sont également dotées d’un treuil qui sert à manipuler et déposer le colis au sol. Les drones font environ 1,5 mètre d’envergure pour un poids de presque dix kilos !

En développant une plateforme de gestion de trafic, Google veut s’assurer que ses drones livreurs ne présentent aucun risque de collision et de crash. Les tests effectués mardi dernier se sont révélés très concluants, mais les travaux continuent toujours. Le but est de perfectionner la plateforme pour qu’elle puisse gérer encore plus de drones en même temps.