WordPress, me voilà (encore ?!)

Et bien… Que d’émotions… Après plus d’une année passée sous SPIP, j’ai envie décidé de sombrer du côté obscur de la blogosphère et de tendre mes bras numériques vers… WordPress. Faut dire aussi, l’idée me trottait dans la tête depuis un bon moment déjà et il fallait bien que je cède, tôt ou tard, à mes propres caprices.

Alors évidemment, le passage ne s’est pas fait sans douleur. Vous l’avez peut-être remarqué si vous suivez mon flux rss, ce message, je l’ai déjà envoyé hier. Oui sauf que ça n’a pas bien marché. Visiblement, WordPress n’a pas apprécié l’import de mes jolies données (alors qu’en local, pas de soucis, allez comprendre…) et j’étais dans l’impossibilité de rédiger un nouveau message. Même que ce n’était pas spécialement drôle et que j’ai bien cru ma dernière heure blogosphérique venue.

Heureusement pour moi, les nombreux plugins disponibles pour WordPress m’ont permis de trouver mon bonheur. Le système d’import intégré à WordPress laissant à désirer (il ne m’importait que 186 de mes billets… alors que j’en ai plus de 550… fumier, va !), je me suis tourné vers un chouette plugin : WordPress Database Backup. Avec lui et mon PhpMyAdmin, la Fredzone est parvenue à tenir le coup. Ce n’était pas gagné mais je pense que je peux enfin souffler.

Bien sûr, il me reste encore pas mal de choses à faire, comme de récupérer les 6000 commentaires que vous m’aviez laissés. Ou encore de finir mon joli thème WordPress, qui sera beaucoup plus clair et plus épuré que les précédents. Cela dit, pour ce dernier, ce n’est quand même pas gagné vu que je pars en vacances la semaine prochaine. Je ferai ce que je peux, hein, mais je ne peux rien vous promettre.

Comme d’habitude, si quelque chose vous paraît suspect, ou bizarre, vous pouvez m’envoyer un petit mail à l’adresse suivante : contact (@) fredzone.org.

Maintenant, faut quand même que je fasse le tour du propriétaire…

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.