WriteyDesk, le bureau sur lequel il est possible d’écrire

La société Writeyboards a créé un bureau atypique, le WriteyDesk. En effet il est possible d’écrire sur sa surface et de l’utiliser comme un tableau. Un projet basé sur le crowdfunding qui séduira les personnes qui prennent souvent des notes rapides, pour remplacer parfaitement le célèbre post-it.

La start-up, qui appartient au milliardaire américain Mark Cuban, propose déjà un panneau en plastique permettant de transformer n’importe quel mur entièrement en tableau.

Pour prendre des notes ou exprimer sa créativité, il existe du papier, des post-its et tous les outils numériques qui nous entourent, de l’ordinateur au smartphone, à travers des milliers d’applications dédiées.

Place à la créativité spontanée avec ce tableau effaçable

Mais tout le monde admettra qu’il est toujours plus pratique d’utiliser la bonne vieille méthode manuelle, avec un stylo, un crayon ou un feutre, peu importe, encore faut-il avoir du papier sous la main, à défaut d’écrire rapidement sur sa main ou sur son bras pour retenir la pensée du moment.

Et c’est là qu’intervient ce bureau révolutionnaire, qui reprend pourtant un concept connu depuis des lustres, à savoir le tableau blanc que l’on a connu à l’école, en allongeant simplement ici sa position. Grâce à lui, plus besoin de se soucier d’où vous allez écrire. Terminé les « zut, j’ai pas de feuilles ».

Il permet d’utiliser la zone autour de votre ordinateur par exemple pour prendre des notes de manière immédiate. Ainsi, le travail peut prendre une nouvelle forme en « posant » au sens propre comme au figuré, sa réflexion sur la table.

Les créateurs le résument parfaitement : « Après plus de deux ans de développement, WriteyDesk apporte la polyvalence et la clarté d’un tableau blanc à l’endroit où vous réfléchissez le plus : votre bureau ».

Une résistance à tester

Deux modèles sont proposés, une version en bois et une façon tableau blanc. Quatre marqueurs sont inclus. Pour ne pas estomper par erreur des notes importantes, les écrits ne s’effacent pas si vous y passez la main malencontreusement. Bien vu.

Mais cette « résistance » pose la question de l’esthétique sur le long terme. Va-t-il y rester des traces avec le temps ? Souvenez-vous des tableaux de votre école qui comportaient toujours quelques traces au fil de leur utilisation. Un phénomène d’autant plus probable sur la fragilité des premiers modèles, qui amèneront certainement des optimisations à l’avenir. À voir en testant l’efficacité de la « gomme ».

Le but de l’entreprise est de récolter 25 000 dollars grâce au financement participatif. Pour l’heure, la barre des 4000 dollars a été dépassée. Si le but est atteint, les premières livraisons pourraient démarrer dès juin 2017. Le don minimum pour recevoir un WriteyDesk est de 240 dollars, soit environ 220 euros.

Un concept inédit qui offre deux bureaux très originaux, et surtout bien pratique pour utiliser complètement la zone de travail. De quoi faire d’innombrables parties de morpions sans consommer de papier. La notion d’écologie n’est donc pas oubliée.