WWDC 2018 : Quand Apple arme ses services contre Facebook

Apple tenait lundi sa conférence à destination des développeurs, la WWDC édition 2018. L’occasion pour la firme à la pomme d’annoncer un certain nombre de nouveautés logicielles pour ses différents appareils (Fred vous en parle dans le détail juste ici), mais aussi de durcir le ton – et les mesures – à l’encontre d’un Facebook jugé trop intrusif.

Il faut dire que l’inimitié entre les deux sociétés avait atteint son paroxysme en mars dernier. Alors que Facebook se trouvait en pleine zone de turbulences suite à la retentissante affaire Cambridge Analytica, Tim Cook, le patron d’Apple, critiquait non sans une certaine virulence les méthodes de la plateforme sociale, accusant notamment la firme d’avoir « échoué à se réguler elle-même ». Un tacle que Mark Zuckerberg, le CEO de Facebook, n’avait pas laissé sans réponse…

Apple se désolidarise de plus en plus de Facebook. Conséquence directe de cette posture, la firme a annoncé hier, lors de son WWDC, le déploiement de mesures visant à contrer le réseau social sur ses services.

Quelques jours à peine après les déclarations de Tim Cook, Mark Zuckerberg répondait en dénonçant la désinvolture de la firme à la pomme et celle de son dirigeant. « Il y a des firmes qui travaillent dur pour vous faire payer plus, et d’autres qui travaillent dur pour vous faire payer moins » avait-il estimé en bousculant au passage Apple, son élitisme, et sa politique tarifaire.

Un WWDC marqué par des mesures anti Facebook

Reste que de manière très concrète – et au-delà de cette passe d’armes – la conférence d’Apple aura été marquée par une hostilité somme toute palpable vis-à-vis de Facebook. En tête des annonces visant à mettre des bâtons dans les roues au réseau social, la suppression sur Safari (le navigateur d’Apple) des boutons de «partage» et de «like» communément intégrés sur les sites web. Un moyen pour Apple de saper une part de la visibilité que Facebook peut habituellement avoir sur les agissements de ses utilisateurs en dehors de ses propres services.

À ce propos, Craig Federighi, le vice-président en charge du logiciel, s’est fendu d’une phrase-choc qui reste en tête à l’issue de la conférence. «Cette année, nous coupons cela», indiquait-il hier lors de son intervention sur ces fameux boutons. Quelques mots qui résument bien la posture actuelle de la firme de Cupertino qui compte également accentuer ses efforts pour réduire autant que possible la dépendance de ses clients aux réseaux sociaux. Autant dire que Facebook, Messenger, Instagram et Whatsapp pourraient vite en pâtir, l’objectif d’Apple étant ici de pousser les internautes à passer moins de temps sur ces plateformes (entre autres).

Il faudra maintenant voir quelle sera la réponse de la plateforme sociale numéro 1, qui risque fort d’avoir du mal à ignorer complètement les annonces de la firme de Tim Cook faites à son encontre.

Crédit illustration  : Wikimedia