Xbox One : quand Microsoft se paye la tête des joueurs

La Xbox One a été présentée avant-hier et nous savons désormais presque tout d’elle, à l’exception bien sûr de son prix. Si la nouvelle console de salon de Microsoft ne manque pas d’attrait, elle souffre cependant de quelques limitations assez dérangeantes, des limitations qui touchent au prêt de jeux, bien sûr, mais aussi à la rétro-compatibilité. Oui, car cette vilaine petite coquine ne sera malheureusement pas en mesure de faire tourner les titres de la Xbox 360, ce qui ne manquera pas d’enrager celles et ceux qui disposaient d’une bibliothèque bien remplie. Le plus drôle reste évidemment à venir car non content de limiter les joueurs, Microsoft a apparemment décidé de se payer leur tronche… Tout est expliqué dans la suite.

En réalité, tout est parti d’une entrevue pointée par le Wall Street Journal. Don Mattrick, responsable du « divertissement interactif » chez Microsoft, a ainsi été amené à s’exprimer sur la rétro-compatibilité de sa nouvelle console. Selon lui, l’absence de rétro-compatibilité ne pose pas vraiment de problème puisqu’elle n’intéresserait que 5% des joueurs. Dans ce contexte, il n’était pas vraiment nécessaire de perdre du temps et de dépenser de l’argent pour développer une technologie capable de faire tourner des jeux conçus pour la Xbox 360 sur la Xbox One.

Xbox One : comme un malaise

La Xbox One fait beaucoup parler d’elle depuis l’annonce officielle, mais pas toujours en bien.

Bon, là, encore, tout va bien, mais c’est ensuite que les choses se gâtent. Car en effet, Don aurait conclu l’interview en lâchant un laconique « If you’re backwards compatible, you’re really backwards ». Qu’est ce que ça veut dire ? Et bien, en bon français, ça donne quelque chose du genre : « Si vous êtes rétro-compatible, alors c’est que vous êtes vraiment rétro ». Ce n’est pas forcément une traduction littérale, certes, mais l’idée est là. En substance, cela veut dire que tous les joueurs souhaitant jouer à leurs anciens titres, ceux-là même qui ont rapporté de l’argent à Microsoft, sont des « has been ».

Microsoft : comme des problèmes de communication ?

Toutefois, il est important de préciser que ces propos ont été extraits de l’entrevue citée un peu plus haut. Des propos qui sont donc hors contexte, et qu’il faudra prendre avec la plus extrême des prudences.

Pour finir et puisqu’on parle de la Xbox One, il faut savoir que Gamespot UK a mis en ligne un sondage interactif afin que les internautes puissent voter pour leur console préférée. Un sondage qui se déroule sur Twitter et qui repose sur deux hashtags simples : #GameSpotPS4 et GamesSpotXbox. Oui, et hier soir, c’était la PlayStation 4 qui l’emportait avec pas moins de 89% des suffrages. Et même si ce n’est pas forcément le reflet de ce que pensent tous les joueurs du monde entier, on ne peut pas s’empêcher de penser qu’il y a comme un malaise.

Via