Yahoo plonge dans le rouge

Yahoo ne se porte pas forcément bien, ce n’est un secret pour personne et nous sommes d’ailleurs nombreux à nous interroger sur la pérennité des différents services édités par la société. On pensera notamment à Delicious. Cela fait donc un moment que l’entreprise américaine a du plomb dans l’aile mais la situation pourrait s’aggraver dans un avenir proche. C’est en tout cas ce que laissent penser les résultats du premier trimestre 2011, avec une baisse de 28 % sur un an pour les bénéfices nets et une baisse de 24 % sur la même période pour le chiffre d’affaires.

Mais qu’est ce qui s’est passé pour que Yahoo en arrive là ? Et bien d’après la présidente du groupe, Carol Bartz, ces résultats catastrophiques ont été provoqués par… Microsoft. Rappelons en effet que les deux firmes ont conclu en 2010 un accord portant sur le moteur de recherche de Yahoo. Désormais, les deux sociétés partagent le même socle technique puisque ce dernier a été remplacé par Bing et que Yahoo utilise désormais la solution AdCenter de Microsoft.

Et justement, c’est bien cette dernière qui pèche. Alors même que le chiffre d’affaires réalisé par Yahoo sur l’affichage de publicités a augmenté de 6 % (pour un résultat de 523 millions de dollars), celui des liens sponsorisés s’est tout simplement écroulé et a perdu 46 % sur une année (pour un résultat de 455 millions de dollars). D’après la présidente de Yahoo, les liens affichés ne sont pas suffisamment pertinents et c’est précisément ce qui explique cette chute vertigineuse.

Mais tout le problème, finalement, c’est que ces premiers chiffres sont les premiers résultats tangibles du partenariat entre les deux firmes. En effet, si l’accord entre ces dernières date de 2010, la migration totale et définitive de leurs services a eu lieu quelques mois plus tard. En gros, donc, ce premier trimestre 2011 est également le premier trimestre de leur union. Autant dire que Microsoft va avoir fort à faire pour récupérer le coup et pour redresser la barre.

Toutefois, il faut tout-de-même rester prudent et ne pas enterrer tout-de-suite Yahoo. En effet, si le premier trimestre 2011 ne s’avère pas particulièrement concluant pour la firme, il faut tout-de-même savoir que cette dernière avait enregistré des bénéfices records en 2010 (source) et elle avait même doublé ses bénéfices. Et de toute façon, il faut aussi savoir que le début de l’année n’est pas la période la plus propice pour le marché de la publicité en ligne.

Via (Crédits Photo)



Frédéric Pereira est l'auteur de cet article

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • Facebook : une extension pour Wordpress

    Facebook : une extension pour WordPress

    On trouve des centaines d’extensions WordPress pour Facebook mais ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver et c’est sans doute pour cette raison que le champion des réseaux sociaux a décidé de lancer sa propre extension officielle. Une extension qui regroupe plusieurs outils et qui va donc vous permettre de doper votre site ou votre blog avec une tonne de fonctionnalités ultra branchée comme des boutons, Facebook Comments et plein d’autres super choses encore. Pour en savoir un peu plus sur le sujet et pour faire un petit tour des options proposées par l’extension,…

  • RemixJobs V3

    RemixJobs passe la troisième

    Toutes les personnes qui ont été amenées un jour à rechercher un emploi le savent, ce ne sont pas les sites dédiés qui manquent. On peut citer le site de  l’ANPE, Monster ou encore KelJob, mais il en existe des milliers et des milliers sur la toile et le phénomène risque d’ailleurs de s’amplifier vu l’état de notre économie. Or justement, fin 2009, trois copains de longue date ont eu l’idée de lancer un nouveau site dédié à l’emploi. Oui, mais un site différent et qui se concentrerait avant tout sur les métiers du web….

  • Operation Unlike : Facebook va supprimer les faux "j'aime"

    Operation Unlike : Facebook va supprimer les faux « j’aime »

    Si certains utilisateurs de Twitter sont prêts à tout pour obtenir quelques followers de plus, ces dérives existent aussi sur Facebook. Il suffit ainsi d’écumer le web pendant quelques heures pour trouver des centaines de sociétés vendant des packs de « j’aime », des packs qui peuvent monter jusqu’à 49.50 € pour 2.000 fans supplémentaires. Totalement idiot, cela va de soi, mais il semblerait que de nombreuses marques aient recours à ce type de services et c’est sans doute ce qui a poussé Facebook a lancer une opération de grande envergure visant tout simplement à supprimer tous…


  • Articles Populaires -

  • Les Bons Plans -

  • Articles au hasard -