YouTube a sanctionné une chaîne pour une vidéo conspirationniste

Alex Jones a acquis une importante notoriété sur YouTube. Célèbre animateur et théoricien du complot, il publie des contenus via son média Infowars. Sa principale chaîne, intitulée The Alex Jones Channel, est suivie par plus de 2,2 millions d’abonnés. Ouverte depuis le 11 février 2008, elle a jusqu’ici enregistré plus de 1,5 milliard de vues. Malheureusement, pour Alex, sa dernière vidéo lui a valu bien des déconvenues.

La séquence en question a été diffusée sur la chaîne le 20 février dernier. Dans la vidéo, Alex parle de la tuerie du lycée Parkland en Floride qui a eu lieu dix jours plus tôt. Concrètement, il accusait l’un des survivants de la fusillade, David Hogg, d’en être l’acteur. Le contenu a reçu nombre de critiques et YouTube a finalement décidé de supprimer la vidéo.

YouTube

Alex a reçu deux avertissements avant la suppression définitive de sa chaîne. « S’ils ferment ma chaîne, c’est qu’ils vont fermer Internet », a-t-il réagi.

Contenu compromettant

La vidéo dans laquelle accuse Alex le jeune lycéen a été vue plus de deux-cent-mille fois par les internautes. Du coup, la séquence s’est retrouvée en première place dans la liste des contenus « tendances » de la plateforme. Immédiatement, cela a choqué de nombreux abonnés, outre le fait que ces accusations puissent compromettre la vie du jeune garçon. De plus, les affirmations de cet adepte de la théorie du complot n’étaient fondées sur aucune preuve formelle.

Les règles d’utilisation de la plateforme disposent clairement que le premier avertissement n’a qu’une valeur dissuasive. Dans le cas où la chaine reçoit un second avertissement « dans un délai de trois mois » après le premier, le détenteur n’aura plus l’autorisation de publier de nouveaux contenus pendant deux semaines. Si le contenu indésirable n’est pas effacé dans les deux semaines qui suivent, le compte est fermé.

Un algorithme défaillant ?

Dans un communiqué, le porte-parole de la plateforme a confirmé que des avertissements ont été signalés à Alex. Il faut croire que YouTube a réagi sous la contrainte des critiques. La plateforme de partage vidéo a souligné que le contenu avait été identifié à tort par un algorithme comme conforme aux règles d’utilisation.

Force est de reconnaître que YouTube est souvent confronté au tiraillement entre le respect de la liberté d’expression et la modération des contenus indésirables ou dangereux. En octobre dernier, par exemple, l’entreprise avait été accusée d’avoir mis en avant des vidéos sur des théories du complot concernant la fusillade de Las Vegas.

Mots-clés webyoutube