YouTube a supprimé plus de 400 chaînes accusées de promouvoir la pédopornographie

Suite aux déclarations du Youtubeur Matt Wattson, YouTube a décidé de suspendre des centaines de chaînes accusées de pédopornographie. Un choix qui risque de faire baisser les recettes de la plateforme.

La semaine dernière, Matt Wattson a beaucoup fait parler de lui pour avoir posté une vidéo dans laquelle il avoue l’utilisation généralisée de la plateforme par les pédophiles. D’après ce célèbre Youtubeur, les mesures prises par le réseau social pour lutter contre ce phénomène sont insuffisantes au point que sa stratégie permet aux prédateurs sexuels de s’en prendre facilement aux mineurs.

Un grand nombre d’internautes ont soutenu Matt, ce qui a visiblement poussé le site web d’hébergement de vidéos de Google à réagir presque immédiatement. Comme le note Mashable, YouTube vient de publier un communiqué dans lequel il annonce avoir supprimé plus de 400 chaînes accusées de promouvoir la pédopornographie.

Comme si cela ne suffisait pas, la société a désactivé des commentaires sur des dizaines de millions de vidéos.

Des vidéos favorisant l’exploitation sexuelle des mineurs

La protection des mineurs a toujours été un sujet sensible sur internet. Dans la vidéo qu’il a publiée la semaine dernière, Matt Wattson expliquait que la plateforme tend à faciliter inconsciemment le partage de contenus pouvant être assimilés à de la pornographie juvénile.

En effet, une simple recherche sur YouTube conduit souvent à des recommandations de vidéos en lien avec celle que l’on souhaite regarder.

Si l’utilisateur clique sur une vidéo recommandée présentant un enfant, il continuera à recevoir des suggestions de contenus similaires. D’après le vidéaste, cela n’est pas sans risque étant donné que les recommandations permettent aux prédateurs sexuels de poster plus rapidement des commentaires et de créer ainsi des discussions autour de la pornographie juvénile.

Des chaînes YouTube supprimées

Face à ces accusations, YouTube a donc pris cette décision qui s’avère certainement difficile à accepter pour les propriétaires des chaînes concernées, mais aussi pour les annonceurs. Des marques telles que Disney, AT & T, Nestlé et Fortnite ont décidé de suspendre certaines de leurs pubs. Une mesure qui impactera nécessairement le chiffre d’affaires de YouTube.

En tout cas, ce n’est pas la première fois que YouTube fait l’objet d’une accusation de diffusion de contenus nocifs aux enfants. En 2017, la présence de vidéos présentant des personnages populaires d’enfants sur des thèmes pour adultes a obligé la société à remanier l’application YouTube Kids.

Mots-clés webyoutube