YouTube a une dent contre les vidéos de mamans sexuellement suggestives

YouTube est connu pour ses tutos beautés, ses tests de matos ou même ses pranks, mais ce contenu n’est finalement que la partie émergée de l’iceberg. Lorsqu’on s’éloigne du sentier tracé par le moteur de recommandation du service, il n’est en effet pas rare de tomber sur des contenus bizarres ou radicalement différents.

C’est ce que met en lumière l’enquête menée par PaymoneyWubby, un YouTubeur spécialisé dans les sujets de société et plus précisément dans toutes les thématiques décalées liées aux nouvelles technologies.

Capture YouTube

En fouinant dans les méandres du catalogue de sa plateforme de Google, le YouTubeur en question a eu la surprise de découvrir des vidéos sexuellement suggestives mettant en scène des mamans asiatiques et leurs enfants.

Des vidéos en apparence normales

De prime abord, ces vidéos n’ont rien de choquant. Elles semblent en effet montrer des mères aimantes en train de passer un moment de complicité avec leurs enfants, au travers de diverses activités ludiques.

Mais très vite, le ton change et la mère commence à prendre discrètement des poses lascives ou à laisser entrevoir ses sous-vêtements.

Dans sa vidéo, Paymoney Wubby cite notamment une chaîne : SusuFamilly. Une chaîne très populaire qui était suivie par près de trois cent mille abonnés et qui comptait plus de 40 millions de visionnages.

Depuis la publication de la séquence, YouTube est intervenu et a procédé à la fermeture de la chaîne incriminée. Toutefois, des chaînes-clones sont apparues sur la plateforme quelques heures à peine après sa suppression. Les modérateurs de la plateforme en ont supprimé la plupart, mais il ne serait pas surprenant de voir réapparaître les vidéos de SusuFamily dans un avenir proche.

Des décolletés pigeonnants et des sous-vêtements apparents

PaymoneyWubby n’en est pas resté là cependant. Le YouTubeur a poussé son enquête un peu plus loin et il a découvert d’autres chaînes similaires. Notamment Mom of Sam, qui montre une mère de famille dans son quotidien avec son enfant. Si les vidéos publiées par cette chaîne ne sont pas sexuellement explicites, elles laissent aussi entrevoir les dessous ou le décolleté de la femme.

Même chose pour Disnep Channel qui contient plusieurs séquences du même genre mêlées à des vidéos d’allaitement. Encore une fois, ces vidéos  reprennent exactement les mêmes codes.

Si l’enquête du YouTubeur a bien entendu fait pas mal de bruit, il faut néanmoins noter que ces contenus ne sont pas nouveaux. Loin de là.

En réalité, il existe sur la plateforme de nombreuses chaînes similaires.

Le voyeurisme, une valeur sûre

En mars dernier, par exemple, nous avons évoqué la chaîne de Danielle May, une YouTubeuse se filmant en train de jardiner avec des tenues très légères laissant entrevoir ses cuisses ou même sa poitrine. La chaîne a tourné à plein régime pendant un an et elle a engrangé 32 millions de vues avant d’être fermée par YouTube.

Un peu plus tard, en mai, d’autres vidéos similaires ont été repérées, des vidéos cachées dans des séquences censées traiter de bijoux et de diamants. Encore une fois, les modérateurs de la plateforme ont été obligés de sévir et de fermer des dizaines de chaînes spécialisées.

Cela n’a cependant pas eu l’effet dissuasif escompté. Le mois suivant, des vidéos montrant cette fois des Cambodgiennes en train de cuisiner en pleine nature – et en tenue légère – ont commencé à déferler sur le service.

Et cette fois, elles sont passées entre les mailles du filet et elles n’ont pas été supprimées.

En revanche, ce qui est intéressant dans cette enquête, c’est que notre ami a trouvé de nombreux points communs entre les vidéos mises en ligne par ces chaînes et certaines d’entre elles contenaient ainsi le même disclaimer… avec la même faute d’orthographe. Il semblerait donc qu’un certain nombre de ces chaînes appartenaient aux mêmes personnes… ou à la même organisation.

Mots-clés webyoutube