YouTube est dans le collimateur de Child Focus

La pornographie est interdite sur YouTube, la filiale de Google. Néanmoins, certaines vidéos postées sur le réseau social, qui semblent a priori innocentes, incitent implicitement à la pédopornographie. Child Focus, l’organisation qui lutte contre ce fléau, a dernièrement mis en garde la plateforme et ses utilisateurs sur la faille. Cette prévention fait suite à une large investigation réalisée par le Times.

« Nous appelons chaque personne à signaler sur les réseaux sociaux les contenus qui semblent louches », a déclaré Dirk Depover, le porte-parole de Child Focus. Il a qualifié certains recoins de la plateforme comme des « zones grises pédopornographiques ». En fait, il arrive que certains trafiquants et pédophiles se donnent des conseils dans les commentaires.

YouTube

Il a rappelé que tout internaute peut signaler un contenu suspect, pas uniquement sur YouTube, mais sur tous les médias sociaux, en contactant les numéros mis en place par les différentes associations spécialisées.

Responsabilité des réseaux sociaux

« Il s’agit par exemple d’un bébé dans son bain, ou d’une fille qui met du rouge à lèvres. Ce n’est pas punissable en soi, mais cela a quand même une valeur érotique pour certaines personnes », a expliqué Dirk Depover.

« C’est évidemment la responsabilité des réseaux sociaux de contrôler les contenus et d’éviter qu’ils soient utilisés pour partager de la pédopornographie ou permettre aux auteurs d’entrer en contact », a-t-il souligné. Il a également précisé que « c’est aussi très important pour nous de pouvoir identifier les victimes. Cela doit être notre priorité. »

Environ cent-mille comptes suspects

Il comprend toutefois la difficulté de cette tâche, compte tenu de l’évolution vertigineuse de la technologie. « C’est un peu un jeu de chat et de souris avec les auteurs. La police et les autres services doivent constamment continuer à s’adapter » ? Il n’a d’ailleurs proposé aucune solution toute faite.

Toutes les vidéos signalées sont envoyées aux autorités compétentes par l’organisation.

Généralement, YouTube supprime les contenus signalés par Child Focus.

YouTube a admis sa part de responsabilité et a promis de chasser ce type de contenu. Toutefois, d’après une enquête réalisée par la BBC, le système de signalement de contenu abusif de la plateforme était inactif depuis une année. Par conséquent, il y aurait actuellement environ cent-mille comptes suspects.

Mots-clés webyoutube