YouTube hébergerait des playlists contenant de nombreux contenus pour adultes hardcores

The Sun dénonce des vidéos érotiques sur YouTube et s’interroge sur l’incapacité de la plateforme à interdire ces scènes de sexe. Pire encore, ces fameuses vidéos commencent par des dessins animés adaptés aux enfants. Ces derniers peuvent donc « tomber » sur des scènes de sexe explicites, des images de seins, de vagins et de pénis.

YouTube affirme pourtant que ce type de contenu est interdit sur sa plateforme.

YouTube

Toutefois, The Sun confirme que les vidéos répertoriées sont clairement sexuelles. Ces images comptent des millions de vues et ont été partagées depuis plus d’un an. Elles sont intégrées dans les playlists des vidéos pour enfants.

Ces derniers sont donc susceptibles de tomber sur ces vidéos pornos durant leurs sessions de surf. Une situation qui va une fois de plus écorner la plateforme vidéo.

Le porno hardcore, visiblement très populaire sur YouTube

En guise de dispositif de restriction, YouTube demande systématiquement l’âge des internautes qui souhaitent visionner des vidéos porno hardcore. Toutefois, la plateforme ne vérifie pas l’âge réel de l’utilisateur.

En d’autres termes, un enfant peut indiquer une fausse date de naissance sans être inquiété.

Pour renforcer ses inquiétudes, The Sun a partagé les déclarations d’un porte-parole du NSPCC. Ce dernier affirme que « La pornographie donne aux enfants une vision déformée du sexe, de l’image corporelle et des relations saines et, dans nos recherches, nous avons constaté que près de la moitié des enfants ayant vu de la pornographie y tombaient par hasard. »

Quelles sont les mesures prises par YouTube ?

Face aux affirmations de The Sun, YouTube a pris des mesures. La plateforme vidéo a supprimé les playlists incriminées. Il faut rappeler que YouTube avait affirmé qu’il autorisait les vidéos dénudées ayant une valeur artistique ou éducative, mais qu’une restriction d’âge sera appliquée si nécessaire.

En outre, le porte-parole de YouTube a signalé au Sun : « Nous avons des politiques claires contre les publicités pour adultes. » Autrement dit, les vidéos pornographiques sont systématiquement supprimées et le compte suspendu.

D’après un rapport établi par le NSPCC (National Society for the Prevention of Cruelty to Children), 46% des enfants ont ainsi vu des vidéos érotiques par accident. Ce n’est pas la première fois que YouTube est accusé de diffuser des vidéos inappropriées aux enfants.

Mots-clés webyoutube