YouTube impose un seuil pour répondre à la demande des annonceurs

YouTube est dans une situation délicate en ce moment. Dernièrement, à la suite de la publication d’un article par la presse britannique Times, une fronde s’est formée contre la filiale de Google. Il a été constaté dans l’article que le site de partage de vidéos laisse apparaître des contenus indésirables près des publicités. Par ailleurs, une autre raison des mécontentements est que YouTube permet la rémunération de ces vidéos contestées. Celles-ci ont été jugées inacceptables parce que contraires à l’éthique.

Dans l’obligation de réagir, Google a peut-être trouvé le moyen de satisfaire à la demande de ses annonceurs. Désormais, il faut qu’une chaîne créée sur YouTube acquière au moins dix-mille visites pour être rémunérée. Ainsi, les publicités ne devraient pas apparaître sur les vidéos dont les contenus ne sont pas approuvés.

Fronde YouTube

Par ailleurs, les nouvelles vidéos des chaîne qui atteindront le seuil seront soumises à un système de vérification. Il s’agirait d’une mesure de procédure de pré-examen.

YouTube tente de rassurer les annonceurs

Mené par le gouvernement et des entreprises britanniques, le boycott s’est étendu aux États-Unis et au Royaume-Uni. En une semaine, Alphabet a vu sa valorisation boursière baisser de vingt-milliards de dollars. Lundi dernier, Google a annoncé être en train de chercher un moyen d’arrêter la polémique. Ce seuil a donc été mis en place afin d’arrêter l’hémorragie, étant donné l’importance de la publicité numérique pour le groupe.

Grâce au ce système de tri, YouTube pourrait facilement reconnaître les vidéos dignes d’être associées aux publicités. La mesure de pré-examen des nouvelles vidéos est réservée aux « nouveaux créateurs qui veulent développer des sites générateurs de revenus, » selon Ariel Bardin, responsable de la gestion produits chez YouTube. Il ajoute que c’est pour que « les revenus n’aillent qu’aux créateurs qui jouent le jeu. »

Assurer la probité du site

Selon toujours le responsable, « ce nouveau seuil permet (à YouTube) d’obtenir assez d’informations pour s’assurer de la probité du site. » Le but serait de faire en sorte que les vidéos postées sur YouTube soient conformes aux principes du site d’hébergement. « Cela permet également de nous assurer que ce site se conforme à nos règles éthiques et publicitaires, » précise-t-il.

En outre, Google serait prêt à travailler avec des acteurs externes. Son objectif serait de permettre aux annonceurs de mieux contrôler leur espace publicitaire. Le géant du web américain compte miser sur le développement de son intelligence artificielle.

Selon des sources en interne, la firme aurait multiplié sa capacité à identifier les contenus indésirables par cinq.