YouTube, plus de précisions sur les règles de non-monétisation des contenus haineux

YouTube l’a annoncé la semaine dernière, certaines vidéos ne pourront plus être monétisées par des campagnes publicitaires. Il s’agit principalement des contenus qui incitent à la haine. La plateforme de partage de vidéos a en effet établi des règles concernant la non-monétisation de ces longs ou courts métrages jugés inappropriés. Elle vient notamment d’apporter plus d’informations et de détails concernant de nouveaux points dans ses règles sur les discours de haine.

Ainsi, parmi les vidéos désormais impossibles à monétiser, il y a bien sûr les contenus incitant à la haine et au racisme. Il y aussi les vidéos qui mettent en scène de manière inappropriée des personnages issus de divertissements familiaux. À cela s’ajoutent les contenus qui insultent ou bien dénigrent violemment une personne ou un groupe.

YouTube

YouTube a été contraint de renforcer les règles sur la monétisation de ses contenus suite au boycott de plusieurs gros annonceurs dont les publicités ont été accolées à des contenus haineux.

Pour une non-monétisation plus efficace

YouTube a décidé de renforcer les mesures prises à l’encontre des contenus haineux, racistes et discriminatoires publiés sur son service. Il y a quelques semaines, le géant des vidéos en ligne avait annoncé que son système de détection et désactivation automatique des vidéos offensantes avait été multiplié par cinq. Pour ce qui est de la non-monétisation des contenus haineux, il ne s’agit pas d’une interdiction, mais d’une impossibilité de monétiser la vidéo par des publicités.

Pour les annonceurs, YouTube propose de nouveaux outils et fonctionnalités qui leur permettront de mieux cibler les vidéos où seront accolées leurs campagnes publicitaires. Ils auront ainsi la possibilité d’écarter les contenus qu’ils jugent trop sensibles. Enfin, la plateforme a accepté de se faire auditer par des sociétés tierces comme DoubleVerify ou encore ComScore.

YouTube a été boycotté par de gros annonceurs

Si YouTube est si déterminé à faire bonne figure, c’est surtout pour ne plus perdre ses annonceurs. Rappelons qu’en mars dernier, la plateforme avait perdu plusieurs de ses plus gros annonceurs. Ces derniers avaient décidé de la boycotter quand ils ont découvert que leurs publicités étaient diffusées sur des vidéos à caractère haineux. Les conséquences financières seraient désastreuses pour YouTube, car les pertes pourraient bien s’élever jusqu’à 750 millions de dollars.

Parmi les gros annonceurs qui ont suspendu leur contrat avec YouTube, il y a Havas, US Verizon et AT&T. À cela s’ajoutent plus de deux-cent-cinquante marques qui ont également décidé de retirer leurs campagnes publicitaires de la plateforme vidéo.

Mots-clés webyoutube