Zone-Téléchargement laisse tomber la musique

Zone-Téléchargement a supprimé un peu plus tôt dans la semaine toute sa bibliothèque musicale. Le site ne propose désormais plus aucun MP3. La nouvelle équipe aurait-elle peur de la SACEM ?

Zone-Téléchargement a fermé définitivement ses portes en novembre dernier, suite à une action menée par les autorités françaises. Après avoir identifié les administrateurs du site, les forces de l’ordre ont en effet procédé à leur arrestation et elles en ont profité au passage pour saisir les serveurs utilisés pour le bon fonctionnement du site.

Musique Zone Téléchargement

Zone-Téléchargement ne propose plus de musique sur son site.

Depuis, de nombreux clones ont ouvert leurs portes, dont un doté d’une magnifique extension en .ws.

Zone-Téléchargement a supprimé son catalogue musical au début de la semaine

Ce clone n’a eu aucun mal à s’imposer sur le secteur et beaucoup voient en lui le digne remplaçant du site originel. Il dispose en effet d’un catalogue complet et il propose notamment une belle collection de HD Lights, un format particulièrement apprécié des pirates.

Mieux, contrairement à bon nombre de ses concurrents, ce clone a fait le choix de ne pas se limiter aux films et aux séries. Il propose ainsi de nombreux contenus différents et notamment des animes, des documentaires, des spectacles ou même de la musique.

C’était le cas du moins. Comme évoqué un peu plus haut, l’équipe du site a effectivement fait le choix un peu curieux de supprimer toute sa librairie musicale au début de la semaine, sans donner la moindre explication.

Aucune explication n’a été donnée

La dernière note publiée par ses administrateurs remonte en effet au début du mois, lorsque Zone-Téléchargement a choisi de retirer 1fichier de sa liste d’hébergeur suite aux différents problèmes rencontrés sur la plateforme durant ces dernières semaines.

Pour l’heure, on ne sait donc pas ce qui a poussé l’équipe à prendre cette décision, mais il faut tout de même signaler que la SACEM n’est pas réputée pour son sens de l’humour. La société des auteurs avait d’ailleurs été la première à porter plainte contre la première version du site en 2014.

L’ALPA l’avait ensuite rejointe quelques semaines plus tard, provoquant par la même occasion l’ouverture de l’enquête qui a débouché sur la fermeture du site et sur l’arrestation de ses anciens administrateurs.