Zone-Téléchargement n’est plus le bienvenu en Belgique

Zone-Téléchargement est très populaire en France, certes, mais également dans de nombreux autres pays francophones. La Belgique en fait précisément partie et le site fait précisément partie des derniers ajouts apportés à la liste noire du gouvernement belge.

La Belgian Entertainment Association (BEA) livre un combat sans merci contre le piratage en Belgique.

Libération Zone Téléchargement

Fondée en février 2008, l’organisation représente les intérêts des trois principales industries de divertissement sur le territoire belge, à savoir les industries musicale, cinématographique et vidéoludique.

Zone-Téléchargement bloqué en Belgique

La BEA est effectivement née de la fusion des trois anciennes fédérations chargées de défendre les intérêts des ayants droit et donc de l’ILPI Belgium, la Belgian Video Federation (BVF) et la Belgian Luxembourg Interactive Software Association (BLISA).

Plus tôt dans l’année, en mars, la Belgian Entertainment Association a remis un nouveau rapport à la justice belge, un rapport accompagné d’une liste de nouveaux sites de téléchargements illégaux à bloquer.

Deux mois plus tard, la liste en question a finalement été soumise aux opérateurs et tous les sites la composant ont ainsi été bloqués sur l’ensemble du territoire.

Parmi les noms cités se trouve l’incontournable Zone-Téléchargement, ou plutôt la nouvelle version de ce dernier. Suite à l’opération lancée par les autorités en 2016, les anciens administrateurs du site ont en effet été placés sous les verrous, mais une nouvelle version du site a rapidement ouvert ses portes dans la foulée.

Un blocage facilement contournable

Cette dernière est toujours très active et elle s’est rapidement fait un nom sur le secteur, notamment sur les marchés francophones. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant de voir le site bloqué par les autorités belges.

Il n’est cependant pas le seul dans ce cas puisque d’autres noms apparaissent dans le rapport remis par la BEA, des noms comme Free-Téléchargement ou encore Extreme-Down. Une fois encore, ce sont ici des incontournables de la scène warez et il est finalement assez logique de les voir cités par l’association de défense des ayants droit.

La Belgique ne s’est cependant pas contentée de bloquer ces sites et les internautes cherchant à accéder à leurs pages sont ainsi redirigés vers un message expliquant les « dangers » inhérents au piratage et proposant des offres légales pouvant être utilisées en substitution.

Toutefois, les autorités belges ont opté pour une technique de blocage relativement proche de celle utilisée en France. Les sites listés sont donc bloqués au niveau des DNS des opérateurs locaux. Il suffit donc d’utiliser d’autres DNS ou même de passer par un VPN pour retrouver un accès complet vers leurs pages.