Clicky

Zone téléchargement, son clone fonctionne aussi bien que l’original

Zone-Téléchargement a fermé ses portes en novembre 2016 des suites d’une opération policière conjointe menée à la fois par la Gendarmerie nationale et la police d’Andorre. Quelques jours plus tard, un premier clone a cependant ouvert ses portes, un clone héritant de la même interface et d’un catalogue suffisamment dense pour attirer les internautes.

Zone-Téléchargement était considéré comme un des plus gros sites de téléchargement illégal en France et il attirait ainsi chaque mois des millions d’utilisateurs en provenance des quatre coins de l’hexagone.

T411

Lorsque les serveurs du site ont été saisis, les autorités se sont donc gargarisées de ce coup de filet. Leur joie a cependant été de courte durée.

La Hadopi s’intéresse de près au nouveau Zone-Téléchargement

Près d’une semaine après la fermeture du site, un nouveau clone a en effet ouvert ses portes, un clone utilisant un nom de domaine proche et la même interface visuelle. Un retour tonitruant, en somme.

Un an plus tard, la Hadopi a donc publié une étude dans laquelle la haute autorité s’intéresse de près à ce qu’elle désigne comme le « processus de réapparition d’un site pirate fermé ».

Dans ce rapport, elle commence par dresser un rapide état des lieux avant de se pencher sur le clone. Un clone qui ne s’apparente selon elle pas vraiment à un site miroir dans le sens où il s’agit d’une re-création et non d’une simple réactivation à partir d’un nouveau nom de domaine.

D’après la Hadopi, le fait de lancer le site quelques jours à peine après la fermeture de la première version a eu un impact considérable sur son trafic et le clone a ainsi réussi à fédérer en l’espace de quelques mois une importante communauté autour de ses services.

Une communauté très active

Un succès d’autant plus surprenant que ce nouveau site n’a pas hérité du catalogue de son prédécesseur. En effet, selon la Hadopi, les administrateurs du nouveau site sont repartis de zéro. Encore plus fou, moins d’une trentaine de comptes seraient à l’origine de l’ensemble du contenu posté et 90 % des liens partagés émaneraient en outre de seulement quatorze comptes.

Le catalogue en question serait d’ailleurs des plus conséquents. En juin, le site proposait en effet 17 500 films, 57 000 épisodes de séries et plus de cinq cents jeux vidéo piratés. Bien sûr, la Hadopi évoque aussi le chapitre publicitaire dans son rapport et elle indique ainsi que le système mis en place par les administrateurs du site est extrêmement rentable en raison du fonctionnement de l’obfuscateur mis en place.

Il faut tout de même rappeler que Zone-Téléchargement n’est pas le seul site à avoir fait un retour tonitruant. De nombreux clones de T411 ont aussi vu le jour après la fermeture du site et ces réouvertures prouvent une fois de plus que l’arsenal judiciaire ne suffit pas à enrayer le piratage.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !