10 anciens traitements médicaux vraiment étranges

« A chacun son époque » disait un dicton. Certains envient divers aspects de l’époque ancienne, souvent ce sont nos grands parents qui râlent en disant que c’était mieux à leur époque et, à les croire, tout nous est donné et accessible actuellement. Et même si vous êtes tenté de répondre immédiatement que ce n’est pas le cas et que vous connaissez aussi votre lot de galères à notre époque, on vous conseille d’abord de vous remémorer cet article. Croyez-nous, nous sommes quand même un peu bénis d’être nés à notre époque, surtout, scientifiquement parlant.

Car, en effet, si petits et grands, on use parfois de l’excuse « je suis malade » pour rester au chaud sous la couette ou, si l’on est vraiment malade, faire un saut chez le docteur qui nous prescrit un médicament, un traitement ou autres, à une certaine époque, peu de gens se risquaient de dire qu’ils étaient malades.

Crédits Pixabay

Et pour cause, les traitements « médicaux » étaient vraiment peu recommandables ! Voici dix d’entre eux pour que vous puissiez en juger par vous-même.

Comment les gens de l’époque soignaient la rage

Partons pour la Rome antique. D’après les écrits de Pline l’Ancien, naturaliste et auteur, les romains savaient comment soigner la rage.

Si une personne avait le malheur d’être mordue par un chien enragé, il fallait d’abord recouvrir cette plaie ouverte avec du veau cru. Puis, elle devait suivre un régime à base de chaux et de graisse de porc. Et enfin, il fallait qu’elle boive une concoction à base de vin et de bouse de blaireau bouillie. Miam miam !

Les carottes pour guérir de l’asthme

Les personnes adeptes des méthodes naturelles pour soigner une maladie aimeraient surement cette section. Dans Primitive Physick : An Easy and Natural Method of Curing Most Disease, publié à la fin des années 1740, l’évangéliste britannique John Wesley préconise une alimentation uniquement composée de carottes bouillies pour soigner l’asthme.

Bien sûr, nous, on vous recommande plutôt d’aller voir votre médecin et, quitte à suivre un régime, d’aller voir un(e) diététicien(ne).

Soigner les palpitations cardiaques

Quand on vous dit que l’époque ancienne avait des idées louches, John Wesley préconisait comme traitements des palpitations cardiaques de soit « boire une pinte d’eau froide », soit « appliquer extérieurement un chiffon imbibé de vinaigre », soit de se faire électrifier. On ne sait pas vous, mais nous, on a le cœur serré rien que d’y penser.

Guérir les maux de dents avec de l’électricité

En fait, l’évangéliste britannique John Wesley était adepte de l’électrothérapie. C’est pourquoi, il préconisait cette méthode pour aussi bien soigner les palpitations cardiaques que pour soulager un mal de dents.

D’ailleurs, se faire électrifier au 16ème et au 17ème siècle était aussi courant pour soigner l’épilepsie, la paralysie, l’impuissance, le ténia ou simplement comme une pratique pour se sentir bien. Nous, on vous le déconseille fortement.

Soigner les saignements du nez en saignant du coude

Autrefois, la théorie des humeurs était très populaire dans la médecine antique européenne. Les anciens soutenaient ainsi qu’il existait quatre humeurs reliées aux quatre éléments et aux différentes parties du corps. Ainsi, le sang, qui représentait le feu était lié au foie et au cœur. La pituite ou phlegme ou lymphe reliée à l’air était rattachée au cerveau. La bile jaune, qui représentait la terre, était supposée être également liée au foie et la bile noire ou l’atrabile, qui désignait l’eau, était supposée être liée à la rate.

Basant son analyse sur cette théorie, Welsey en avait conclu que toute maladie était juste un déséquilibre des humeurs et que prélever du sang du patient pouvait remettre cet équilibre en place. Ainsi, il était recommandé d’une personne saignant du nez se fasse saigner le coude. De même, cette méthode était utilisée pour traiter la peste, la variole et la goutte.

Quand Abracadabra soignait du paludisme

Au IIIème siècle de notre ère, un médecin romain suggérait un traitement assez atypique pour soigner le paludisme. En effet, il recommandait à ses patients atteints de ce mal d’écrire le mot Abracadabra sur du papier et de le réécrire encore et encore en enlevant à chaque fois une lettre et en sautant à chaque fois de ligne.

A la fin, les patients se retrouvaient donc avec un triangle et un A sur la dernière ligne. Puis, les patients devaient attacher ce papier avec du lin et le porter autour du cou pendant 9 jours avant de le jeter dans un ruisseau coulant vers l’est. Si jamais cette méthode magique ne fonctionnait pas, ils devaient se frotter avec de la graisse de lion.

Traiter l’épilepsie avec des cheveux et un cerf

Cette méthode est également apparue dans le traité de Physick évoqué plus haut. Cette fois-ci, elle s’adresse aux personnes épileptiques qui devaient prendre les cheveux d’un homme fort et les faire cuire avec une jambe de cerf. Le tout devait ensuite être transformé en poudre qu’il fallait manger jusqu’à la nouvelle lune.

Soigner les kystes avec la Bible ou la main d’un mort

L’anatomiste allemand Lorenz Heister a fait savoir en 1743 qu’il existait plusieurs méthodes pour soigner les kystes. L’une d’entre elles était de porter une balle qui avait tué un animal souffrant du kyste.

La deuxième était de se faire toucher par la main d’un mort et la troisième était de se faire frapper avec un gros livre. Dans ce dernier traitement, la Bible était le livre le plus utilisé étant donné sa grandeur. Cela valut même l’appellation de kystes « bibliques ».

Traiter l’asthme avec des cigarettes

Même si cela peut vous sembler contradictoire, cette méthode était populaire à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle. Les cigarettes étaient, en plus, fabriquées avec plusieurs ingrédients toxiques comme le tabac, la belladone ou encore la stramonium.

Le safran pour lutter contre l’ivresse et être toujours heureux

Un manuscrit gallois de 1382 dénommé le livre rouge d’Hergest mentionne des méthodes un peu particulières pour se débarrasser de l’ivresse. Selon le livre, il faudrait manger du safran avec de l’eau douce pour redevenir sobre. De plus, selon Hergest, rien de plus facile que d’enlever la tristesse que d’incorporez du safran dans de la viande ou une boisson.

Toutefois, le gallois déconseille de manger cet ingrédient en grande quantité sous peine de mourir de bonheur !