10 choses que vous ignorez peut-être sur le premier Américain à avoir été dans l’espace

Pour les Américains, les voyages spatiaux habités ont commencé le  5 mai 1961. Ce jour-là, la NASA lançait le vaisseau spatial Freedom 7 du programme Mercury avec à son bord l’astronaute Alan Shepard qui est ainsi devenu le premier Américain dans l’espace. Le vol de Shepard était suborbital et il a voyagé à une altitude d’environ 186 km avant d’atterrir dans l’Océan Atlantique. Au total, le vol a duré 15,5 minutes.

Shepard ne va pas s’arrêter là puisque 10 ans plus tard, il fera partie de l’équipage d’Apollo 14 pour devenir le 5ème homme à marcher sur la Lune, mais aussi le plus âgé à 47 ans. Ce ne sont pas les seuls faits intéressants concernant le célèbre astronaute. Voici une liste de 10 choses que vous ignorez peut-être sur Alan Shepard.

Les locaux de la NASA
Crédits Pixabay

A lire aussi : On a retrouvé la balle de golf de la mission Apollo 14

Une école avec une unique salle de classe

Alan Shepard est né le 18 novembre 1923 à East Derry dans le New Hampshire. Lorsqu’il était enfant, il a étudié dans une petite école qui n’avait qu’une seule salle. Plus tard, il a intégré la Pinkerton Academy qui est une école indépendante et un pensionnat. Selon les informations, Shepard a obtenu de bonnes notes, surtout en mathématiques. Il a terminé l’école en 1940 et est ensuite entré à l’U.S. Naval Academy à Annapolis dans le Maryland.

Presque renvoyé de l’école de pilotage ?

Shepard a terminé ses études à l’académie navale en 1944 et a intégré l’école de pilotage de la Naval Air Station Corpus Christi au Texas. Mais apparemment, il n’était pas un très bon étudiant et a même failli être renvoyé. Il a alors décidé de suivre des cours privés de pilotage. Il a ainsi pu obtenir son permis de pilote civil et des notes au-dessus de la moyenne. Au cours du test final, il a pu réussir 6 atterrissages parfaits sur le porte-avion USS Saipan.

Parmi les premiers à entrer dans la Baie de Tokyo durant la Seconde Guerre Mondiale

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, Shepard a servi dans le Pacifique. Il était à bord du destroyer USS Cogswell pendant la Bataille d’Okinawa, mais également dans la Baie de Tokyo lorsque les forces japonaises se sont rendues pour marquer la fin de la guerre. L’USS Cogswell à bord duquel se trouvait Shepard était le tout premier navire des Alliés à entrer dans la Baie de Tokyo, même si l’on sait que la reddition a été signée par les Japonais à bord de l’USS Missouri le 2 septembre 1945.

Choisi pour être l’un des tous premiers astronautes américains

Après la guerre, Shepard a rejoint l’U.S. Naval Test Pilot School dans le Maryland. Là-bas, il a travaillé comme pilote d’essai, mais aussi comme instructeur. Un peu plus tard, la NASA ou National Aeronautics and Space Administration nouvellement fondée a fait appel à des volontaires pour participer au programme d’exploration spatiale. Shepard s’est ainsi retrouvé parmi 100 pilotes d’essai auxquels on a fait passer toute une batterie de tests physiques, mentaux et techniques. En 1959, il a été choisi par la NASA pour faire partie des 7 premiers astronautes du programme Mercury. Avec lui, il y avait John Glenn, Wally Schirra, Deke Slayton, Scott Carpenter, Gordon Cooper, ainsi que Gus Grissom.

Devancé par un cosmonaute russe

Même si Shepard a été le premier Américain dans l’espace, le premier humain à avoir voyagé dans le vide spatial a été le cosmonaute russe Yuri Gagarin. Ce dernier a été lancé par le programme spatial soviétique 23 jours avant le vol de Shepard. Toutefois, le voyage de Shepard a été une étape très importante pour les U.S.A dans la course à l’espace. Les Etats-Unis ont d’ailleurs pu se vanter du fait que Shepard a lui-même piloté son vaisseau tandis que celui de Gagarin a totalement été contrôlé depuis le sol.

Presque pas de Lune pour Shepard

Ce n’est pas facile d’être un astronaute. Shepard a par exemple commencé à ressentir des sensations de vertige après qu’il ait été nommé comme pilote commandant pour le programme Gemini. Ce problème l’a empêché de voler à partir de 1964. On lui a diagnostiqué la maladie de Meniere qui affecte l’oreille interne et cause des sensations de vertige. En 1968, une dérivation a été implantée dans son oreille, mais il s’agissait à l’époque d’une intervention avec une faible probabilité de réussite. Cependant, cette chirurgie a fonctionné pour Shepard et en 1969, il a de nouveau été autorisé à participer à des vols spatiaux.

Les surnoms de Shepard

Shepard était à la tête du département des astronautes de la NASA entre 1963 et 1969, puis entre 1971 et 1974. Au cours de ces périodes, il s’est à la fois montré distant et exigeant. Il préférait séparer sa vie privée de son travail et gardait ses distances vis-à-vis des collègues et de la presse. Toutefois, il pouvait parfois être grégaire et charmant. Ses surnoms étaient entre autres « The Icy Commander » et « Smilin’Al. ».

Pas impressionné par le livre « The Right Stuff »

The Right Stuff, c’est un livre écrit par Tom Wolfe qui raconte l’histoire de la course spatiale après la guerre. Shepard y est d’ailleurs mentionné et Wolfe a décrit ses différentes facettes dans le livre. Le livre et le film qui a suivi ont tous les deux eu du succès, mais Shepard a trouvé qu’ils avaient des lacunes. Il a déclaré à Publishers Weekly que Wolfe n’avait jamais parlé avec les sept premiers astronautes et a basé son livre sur des ouï-dire. Quant au film, Shepard a trouvé que le scénario était bon mais la création des personnages « laissait un peu à désirer ».

Un changement de mascotte en l’honneur de Shepard

Shepard a apporté une certaine renommée à la petite ville de Derry dans le New Hampshire dans les années 50 et 60. La ville était également fière de son héros. Pinkerton Academy, l’ancien lycée de Shepard, a fait honneur à l’astronaute en changeant le nom de ses équipes en « les Astros » après le vol de Shepard en 1961. La mascotte est également devenue « Astro Man ». De plus, plusieurs bâtiments ont été nommés en l’honneur de Shepard.

La fille de Shepard a aidé des passagers au cours du crash d’un avion

Shepard et sa femme Louise ont été mariés pendant plus de 50 ans et ont eu trois filles qui sont Laura, Alice et Juliana. Cette dernière était une hôtesse de l’air et elle était à bord du Vol 426 de Continental Airlines lorsque celui-ci s’est écrasé juste après son décollage du Stapleton International Airport de Denver le 7 août 1975. D’après le National Transportation Safety Board, l’avion a probablement eu des problèmes avec des vents violents provenant de tempêtes dans les alentours. Les 135 personnes qui étaient à bord ont toutes survécu et le PDG du Continental, Robert F. Six, a fait l’éloge de Juliana pour sa bravoure.