(101955) Bénou projette des particules dans l’espace et on ne sait pas bien pourquoi

Les chercheurs de la NASA ont récemment découvert un phénomène étrange lié à Bénou, ou 101955, l’astéroïde géocroiseur découvert en 1999. Ils ont constaté que la roche céleste projette des particules dans l’espace. Auparavant, ils pensaient que Bénou était un astéroïde passif. Ainsi, la découverte de cette activité fut une surprise pour eux.

Il s’agit d’une occasion inattendue de mieux comprendre l’astéroïde.

Bénou : image 1

Crédits NASA

Bénou décrit une orbite de 1,2 an autour du Soleil. Il a un diamètre d’environ 500 mètres. Les chercheurs ont repéré les particules de roches grâce aux données obtenues à partir de la caméra du vaisseau spatial OSIRIS-Rex. Au début, ils ont cru que c’étaient des étoiles en arrière-plan. Ils pensent que ces éjections peuvent être dangereuses.

Les résultats de la recherche ont été publiés dans un article intitulé « Épisodes d’éjection de particules de la surface de l’astéroïde actif (101955) Bénou » dans la revue Science le 6 décembre dernier.

Une excellente occasion d’étudier le comportement des astéroïdes

Les astéroïdes actifs connus sont rares. Ils perdent de leur masse en laissant des traînées passagères de poussière et de débris. Les injections de particules ressemblent parfois aux traînées laissées par les comètes sur leur passage.

Les facteurs qui peuvent expliquer les activités à la surface d’un astéroïde peuvent être multiples. Il peut s’agir, par exemple, d’une sublimation de la glace, d’impacts, d’une instabilité en rotation, de fractures thermiques ou de la répulsion électrostatique.

« Parmi les nombreuses surprises de Bénou, les éjections de particules ont suscité notre curiosité, et nous avons passé les derniers mois à enquêter sur ce mystère », a déclaré Dante Lauretta, chercheur principal d’OSIRIS-REx à l’Université d’Arizona. « Il s’agit d’une excellente occasion d’approfondir nos connaissances sur le comportement des astéroïdes ».

Des éjections épisodiques

D’après les chercheurs, les éjections de particules ne sont pas continues, mais épisodiques. Les trois éjections les plus importantes ont eu lieu le 6, le 19 janvier et le 11 février.

L’une d’elles a eu lieu dans l’hémisphère sud et les deux autres à proximité de l’équateur. Les experts ont précisé qu’aucune chose d’étrange n’a été repérée dans les régions environnantes.

Selon l’étude, les particules atteignent en moyenne une vitesse d’environ 3 m. Elles ont une taille moyenne de 10 cm.

Mots-clés astéroïdesespace