12 millions d’euros pour Hadopi en 2011

Le chiffre du jour, c’est sans aucun doute celui-ci. Sur le budget de la France en 2011, douze millions d’euros seront accordés à la Haute Autorité pour lutter contre le téléchargement illégal. Quand on sait que l’objectif de notre gouvernement est de réduire le déficit à 6% l’année prochaine et qu’il supprimera pour se faire certaines niches fiscales, on se dit que la nouvelle n’a rien de très réjouissante. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que la lutte contre le piratage coûte de plus en plus cher.

Les temps sont durs, c’est un fait. Contrairement à ce que certains médias nous laissaient entendre avant l’été, la crise économique est toujours là. Et pour tenter de remettre la France sur de bons rails, notre gouvernement va procéder à certains ajustement. On peut ainsi citer la suppression de l’abattement de 15 points sur les cotisations patronales des ménages déclarant un emploi à domicile mais aussi et surtout les mesures qui visent l’assurance maladie. Concernant ce dernier point, rappelons que le taux de remboursement de certains médicaments sera réduit de 30% en moyenne, dont les bandelettes de mesure de la glycémie des diabétiques (source : La Dépêche).

Alors bien sûr, n’étant pas moi-même économiste, il m’est difficile de juger de la pertinence de ces mesures. Chacun se fera une idée de la question. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’à l’heure où nos dirigeants parlent (enfin) de plan d’austérité, ces 12 millions d’euros laissent un goût amer sur nos palais délicats. D’autant plus que le budget de la CNIL en 2009 était fixé à 13 millions d’euros. Je ne sais pas pour vous mais, en ce qui me concerne, cette information me laisse plutôt songeur… et nauséeux, cela va sans dire.

Demander aux français de se serrer la ceinture, pourquoi pas. Après tout, il s’agit de notre pays, nous avons tous un rôle à jouer dans son économie et il me paraît tout à fait cohérent de tout faire pour que cette dernière reste compétitive à l’échelle européenne et même mondiale. Mais là, je pense sincèrement que c’est trop demander au peuple.

Via (Crédits Photo)