126 ERX 77

Bon, vous allez me dire que le titre de mon billet est un peu étrange, voir même bizarre, mais en fait il n’en est rien. Et non, mon cerveau de fonctionnaire n’est pas encore complètement atteint… Comme dirait l’autre, il reste même un peu d’espoir. Comme une lumière au bout du tunnel…

Bref, je divague complètement mais, en même temps, après la semaine que je viens de vivre, il faut me comprendre. Non, sans rire, quand on passe son permis, on se dit qu’on est en train de vivre le plus dur, qu’après ce sera super chouette et que tout le monde chantera et dansera dans la rue à notre passage. Oui, avec des fleurs dans les cheveux et plein de lumière dans les yeux.

Alors qu’en fait, une fois le permis en poche, c’est surtout l’administration qui s’occupe de vous. Même que pour la lumière dans les yeux, on repassera.

Tout a commencé à la sous-préfecture, pour la carte grise. Alors déjà, il faut bien savoir une chose sur les us et coutumes des fonctionnaires : ce n’est pas l’heure d’ouverture du service qui compte, c’est le nombre de cafés que l’agent s’est enfilé avant de vous recevoir. Moi, je sais qu’en dessous de 3 cafés, le matin, faut même pas me parler. Et au dessus de 4, vaut mieux m’éviter. Oui, je sais, ça ne laisse pas beaucoup de marge…

Donc lorsque vous vous présentez à la sous-préfecture, commencez par vous assurer que vous respectez bien les horaires d’ouverture du service concerné. Moi, le truc, c’est que je me suis infiltré à la suite des agents qui entraient pour reprendre le boulot et que j’ai bien failli finir à l’immigration. Heureusement pour moi, de longues heures passées à jouer à Metal Gear Solid m’ont permis d’en réchapper.

Mais attention, parce que la carte grise n’est que le début d’un long, très long, parcours. Après, faut passer le véhicule au contrôle technique (68 euros pour qu’on nous dise que la voiture de nos rêves est ultra-polluante et qu’elle tue tout plein de bébés moutons), refaire les plaques (50 euros plus la pose, mais je m’en fous, je les ai arnaqué, j’ai récupéré une des deux plaques, hin hin hin…), quelques réparations (20 euros pour le CO2 plus tout le reste, que je préfère ne pas compter) et même regonfler les pneus. Ouais, pour ce dernier point, faut préciser que je suis informaticien et que, par conséquent, dans la vraie vie, je suis nul pour tout le reste.

Moralité, afin de me venger, j’ai décidé de rédiger un billet pour indexer mon numéro de plaque. Ouais ouais, alors si vous voyez passer une 205 grise immatriculée 126 ERX 77, vous avez intérêt à vous mettre des fleurs dans les cheveux, à me sourire et à me faire une jolie petite danse parce que, sinon, je vous dégomme.

Faut pas croire, j’ai beaucoup joué aux Grand Theft Auto aussi…