15 mois de prison pour avoir payé un SDF à manger des Oreo remplis de dentifrice

Le YouTuber Kanghua Ren, alias ReSet, a été condamné à 15 mois de prison parce qu’il avait posté une vidéo dans laquelle il fait manger des Oreo au dentifrice à un sans-abri.

Gros coup dur pour le YouTuber ReSet qui vient d’être condamné pour une blague de très mauvais gout. Les faits remontent en 2017. Alors que le jeune homme voulait faire rire sa communauté YouTube, les réactions ont été plutôt négatives. Et pour cause, Ren a publié une vidéo dans laquelle il demande à un SDF de manger des Oreo remplis de dentifrice en échange de la modique somme de 20 €. Celui-ci a accepté la proposition du jeune vidéaste, âgé de 19 ans à l’époque.

Prison Facebook

Crédits Pixabay

Mais aussitôt qu’il a mis le biscuit dans sa bouche, l’individu dénommé George s’est mis à vomir.

Nombreux sont ceux qui ont été déçus par ce geste, et même si Ren a proposé de donner 300 € à la fille du pauvre homme pour qu’il ne porte pas plainte, cela ne lui a pas permis d’éviter le pire.

Une vidéo qui est allée « trop loin »

Suite aux critiques négatives qu’il a reçues de partout, le propriétaire de la chaîne YouTube ReSet n’a pas eu d’autre choix que de s’excuser tout en se défendant. « Peut-être que je suis allé un peu loin, mais regardons le côté positif, cela l’aidera à se laver les dents, je ne pense pas qu’il se soit souvent brossé les dents depuis qu’il est devenu pauvre », a-t-il dit à ses abonnés.

À lui d’ajouter : « si j’avais fait cela avec une personne normale, personne n’aurait rien dit, mais comme il est un mendiant, les gens se plaignent. »

En tout cas, ces explications n’ont visiblement pas suffi à apaiser la situation. Et pour preuve, le tribunal barcelonais vient de condamner le jeune YouTuber à 15 mois de prison, assorti d’une obligation de verser la somme de 20 000 € à sa victime pour réparer le préjudice moral que sa vidéo a pu entrainer.

Interdit de publication sur YouTube pendant cinq ans !

En plus de ces sanctions, Ren ne pourra pas rouvrir les portes de sa chaîne YouTube et de ses réseaux sociaux avant 2024. Néanmoins, malgré la peine d’emprisonnement, le vidéaste ne devrait pas être incarcéré. En Espagne, la peine d’emprisonnement n’est effectivement pas appliquée pour les actes de délinquance primaires, c’est-à-dire sans violence.

Mots-clés youtube