16 athlètes se sont dénudés en faveur du body positivism

Pour promouvoir la beauté du corps dans son état naturel, seize athlètes se sont mis à nu dans une séance photo pour le dixième numéro annuel de l’ESPN. Cette nouvelle tendance sur Instagram a poussé des célèbres sportifs tels que Charlotte Flair, Zlatan Ibrahimovic et Greg Norman à se déshabiller. L’idée serait de libérer le corps de tout préjugé sur sa beauté ou ses imperfections, indépendamment de leur réussite dans le domaine du sport.

Charlotte Flair, six fois championne du monde de la WWE, tient surtout à dissocier son succès de son image de « grande blonde ». Voulant être une source d’inspiration pour les jeunes filles, cette athlète de 32 ans aurait déjà eu des difficultés par rapport à son image corporelle.

body positivism

Le body positivism est une nouvelle tendance qui a récemment gagné de l’ampleur sur Instagram. L’idée est surtout d’apprendre à aimer et à accepter son corps tel qu’il est.

Être plus proche de mon personnage

« Je suis difficile à battre, mais par caractère, je suis une fille, une sœur, une tante, une meilleure amie et juste la fille d’à côté qui aime la crème glacée de Ben & Jerry », a expliqué Flair, lors d’une interview à ESPN. « Je voudrais être plus proche de mon personnage, en tant que personnage, je suis la reine, je suis forte, je suis confiante, parfois même arrogante ».

Notons que le principe de cette thérapie implique le fait de surpasser les défauts et les imperfections du corps. Il serait alors insensé de formuler toute forme de comparaison afin d’éviter les complexes par rapport à l’apparence physique.

Ainsi, tout corps humain est unique. Quel que soit les genres, les morphologies et les ethnies, il devrait être accepté tel qu’il est, en tant que simple enveloppe charnelle. La cellulite, les vergetures, les cicatrices, les poils et bien d’autres particularités encore ne devraient pas être considérés comme des défauts, mais faisant partie de la beauté du corps.

Thérapie et philosophie

Apparu en 1996, Connie Sobczak et Elizabeth Scott ont créé le mouvement body positivism à une époque où le soin de l’apparence physique des femmes prenait beaucoup d’importance. Elles avaient en tête « une communauté vivante et thérapeutique qui libère des messages sociaux étouffants maintenant les gens dans une lutte perpétuelle contre leur corps ». Il s’agirait de la meilleure manière de prôner l’estime de soi.