17 000 artefacts historiques, dont la tablette relatant le rêve de Gilgamesh, retournent en Irak

Parmi les innombrables pièces d’antiquité qui circulent actuellement sur le marché, il y en a beaucoup qui s’y retrouvent suite à des pillages. Et au grand dam des collectionneurs, les malfaiteurs trouvent toujours une astuce pour cacher les véritables origines de ces artefacts.

Justement, c’est le cas d’une célèbre tablette racontant une partie de l’épopée de Gilgamesh, plus précisément le « rêve de Gilgamesh ».

Une tablette en pierre
Crédits Mariusz Matuszewski – Pixabay

Steve Green, cofondateur du Museum of the Bible (Washington), l’a acheté au cours d’une vente aux enchères organisée par Christie’s en 2014. Mais en 2019, la fameuse tablette a été saisie par les douanes américaines.

Pour aller plus loin, le Département américain de la justice a récemment décidé de renvoyer cet artefact en Irak, là d’où il vient.

A lire aussi : Découverte d’un artefact rare dans la Grande Pyramide d’Egypte

Des artefacts historiques passés de main en main

L’épopée de Gilgamesh a une très grande importance pour le Museum of the Bible, d’où son achat par Green. Et face à la situation actuelle, ce dernier se dit aussi être une victime. De nombreux objets antiques résultent en effet du pillage du Musée national d’Irak, dévalisé en avril 2003, peu de temps après le début de la guerre opposant l’armée américaine au Parti Baas de Saddam Hussein.

Ainsi, cette tablette relatant le « rêve de Gilgamesh » a changé de mains à plusieurs reprises, avant de finir au Museum of the Bible.

Avant que Steve Green ne fasse l’acquisition de cette pièce faisant environ 15 cm de long pour 3 cm de large, pour la somme de 1,67 million de dollars durant une vente aux enchères de Christie’s, cette dernière est passée entre les mains d’un antiquaire américain, qui l’aurait eu pour 50 000 $ auprès d’un membre de la famille d’un vendeur de pièces de monnaie basé à Londres.

Bien évidemment, cette histoire est probablement fausse, vu que cet antiquaire a fourni une lettre de provenance factice avec la fameuse tablette. Ce qui est sûr, c’est qu’avant que Green ne l’achète, cet objet a beaucoup voyagé.

A lire aussi : On a retrouvé des artefacts nazis sur le front de l’Est

Une pièce très importante pour le Museum of the Bible

Pour information, cette tablette fera partie d’un lot de 17 000 objets historiques provenant du Musée national d’Irak, qui vont finalement retourner au pays après avoir été saisis par les douanes américaines.

Pour ce qui est de la tablette, elle consigne un passage où Gilgamesh raconte ses rêves bizarres à sa mère. Certes, ce passage n’est pas très impressionnant, mais l’épopée de Gilgamesh en elle-même a de nombreuses similitudes avec l’Ancien Testament. Certains spécialistes avancent même que l’épopée de Gilgamesh aurait inspiré la Bible hébraïque.

Ce qui explique finalement l’intérêt du Museum of the Bible et de son fondateur pour cette relique. D’ailleurs, suite à cette affaire, Steve Green a porté plainte contre Christie’s pour lui avoir vendu cette tablette, qui provenait en fait d’un pillage.

Mots-clés archéologie