1899 aurait dû rester une série d’horreur lovecrafitienne

1899 est un récent feuilleton mis en ligne sur Netflix le 17 novembre 2022. C’est une histoire qui se passe en 1899 où des passagers européens d’un bateau en direction vers le Nouveau Monde découvrent un navire fantôme à la dérive en pleine mer qui va transformer leur voyage en un véritable cauchemar.

La série a été une expérience de visionnage mémorable pour ceux qui l’ont regardée. Certains l’ont aimée, d’autres non. Ce qui est sûr, c’est que l’histoire a été déroutante. Quand le spectateur croyait aller dans une direction, l’histoire allait soudainement dans une autre. La fin a tout particulièrement cloué le bec des visionneurs : le Kerberos était en fait une simulation qui est exécutée sur un groupe de personnes en stase sur un vaisseau spatial lointain.

Crédits : Netflix

Les premiers épisodes étaient pourtant très lovecraftiens

Tous les ingrédients étaient réunis pour que 1899 soit une série lovecrafitienne, un mot issu des œuvres de HP Lovecraft qualifiant un univers ayant plus ou moins la même trame : un évènement mystérieux arrive, le héros enquête et finit par découvrir non seulement une vérité pleine d’horreur, mais dépassant toute rationalité. Les producteurs et les réalisateurs ont habilement utilisé l’océan comme étant une source constante de terreur.

Mais il n’y a pas que cela qui rend la série particulièrement lovecraftienne, il y a également le Kerberos plein de mystères, le Prometheus vide, les personnages principaux cachant tous quelque chose, etc. Puis, il y a l’existence de l’esthétique générale de l’horreur lovecraftienne, dans laquelle 1899 baigne.

Pourquoi la révélation de simulation de 1899 était-elle une erreur ?

Le public commence à se rendre compte que la série n’est pas de l’horreur lovecraftienne vers la moitié de la saison. Quant à la dernière moitié, elle a clairement montré qu’en fait, il n’y a rien de surnaturel, mais seulement un monde de science-fiction. Cette direction dans laquelle ils ont choisi de conduire le feuilleton n’est pas mauvaise en soi. Le problème est que cela a eu quelques conséquences imprévues sur l’expérience de visionnage.

Pendant les premiers épisodes, ceux qui ont regardé se sont posé des questions tout au long. Mais quand ils ont su que les personnages étaient dans une simulation, tout semblait moins important et les questions se sont envolées. Rien ne garantit que si la série avait continué sur son chemin lovecraftien, elle aurait eu un meilleur succès. Cependant, en empruntant ce chemin, elle aurait été plus cohérente.

source

1 réflexion au sujet de « 1899 aurait dû rester une série d’horreur lovecrafitienne »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.