1fichier.com : Le dirigeant du site devant la justice pour « contrefaçon d’œuvre cinématographique »

C’est une information révélée par l’Est Républicain à propos du dirigeant de 1fichier.com, qui propose un grand nombre de fichiers illégaux, entre films, séries et autres documentaires. Yohan Tordjman, à la tête du site créé par la société DStorage dont il est également le créateur, est passé devant la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) pour « contrefaçon d’œuvre cinématographie ou audiovisuelle, de mise à disposition de vidéogramme et de phonogramme, non autorisées par les producteurs ». L’homme risque un an de prison avec sursis et une forte amende pour avoir hébergé ce contenu illégal.

Une affaire qui, comme l’explique l’Est Républicain, fait énormément de bruit chez les ayants droit d’un monde culturel frappé de plein fouet par la pandémie.

Crédits Pixabay

David Melison, magistrat qui assistait le juge lors de cette audience, a indiqué que 1fichier.com « stocke des fichiers sur ses serveurs (…) La personne qui poste les fichiers peut obtenir un lien de téléchargement ».

L’entrepreneur risque un an de prison avec sursis et une forte amende

C’est un site d’hébergement de fichiers tout à fait légal dans les faits mais qui aura pris un tournant illégal, avec plus de 7 millions de téléchargements d’œuvres protégées. Yohan Tordjman se défend à ce propos, alors que 1fichier.com propose uniquement du stockage puis produit un lien que le propriétaire peut partager. L’homme explique être « tout à fait conscient qu’il peut y avoir des films ou des contenus illégaux sur les serveurs, mais je ne peux le savoir ». Sur les sites tiers proposant des fichiers illégaux, beaucoup pointaient justement vers 1fichier.com pour les télécharger.

Yohan Tordjman a expliqué avoir créé sa société DStorage en 2009 avant de lancer 1fichier.com pendant l’année 2015. Mais son entreprise passe rapidement dans le rouge, l’homme déclarant avoir été empêché de travailler, notamment car le paiement par carte bancaire a été coupé.

Dans cette affaire, des agents de la Sacem et de la Société civile des producteurs phonographiques ont répertorié énormément de liens enfreignant le code de la propriété intellectuelle. Mais si Yohan Tordjman accepte au début de les supprimer, ce dernier juge que les demandes « n’étaient pas cohérentes, cela concernant notamment des fichiers jamais téléchargés ».

Mais le magistrat David Melison ne l’entend pas de cette oreille, arguant que Yohan Tordjman savait ce que 1fichier.com hébergeait et que « dire que vous ne savez pas ce que vous avez sur vos serveurs, c’est difficile à entendre ».

Un représentant de la Société civile des producteurs phonographiques estime le préjudice à 167 000 euros et demande un retrait des fichiers illégaux avec 1000 euros par jour de retard. La Sacem voit plus grand et parle de 237 887 euros.

Un jugement sera prochainement rendu.

Mots-clés justice