2 milliards de personnes ont un parasite cérébral, et vous ?

D’après les scientifiques, plus de 2 milliards de personnes dans le monde seraient infectées par un parasite cérébral qui provient principalement des chats et de la viande contaminée. Toutefois, peu de personnes montrent des symptômes. Récemment, une équipe de chercheurs de l’University of Virginia School of Medecine a fait une découverte qui pourrait expliquer ce fait, et les résultats de leur étude pourraient  également avoir des implications importantes dans le domaine des infections cérébrales, des maladies neuro-dégénératives, ainsi que celui des maladies auto-immunes.

D’après les résultats de l’étude, le parasite qui s’appelle Toxoplasma gondii est en fait tenu en échec par des cellules du nom de microglies, et qui ont pour but de protéger le cerveau. Les microglies produisent une molécule immunitaire unique qui s’appelle IL-1a. Les scientifiques ont découvert que cette molécule « recrutait » en quelque sorte des cellules immunitaires du sang pour contrôler les parasites dans le cerveau. Apparemment, il s’agit d’un processus très efficace puisque très peu de personnes développent une toxoplasmose symptomatique.

Crédits Pixabay

Selon les chercheurs derrière cette étude, il est très important de comprendre le rôle des microglies puisqu’elles sont les seules cellules immunitaires se trouvant à l’intérieur du cerveau. Cette dernière découverte peut ainsi s’appliquer à toutes sortes de problèmes au niveau du cerveau impliquant un composant immunologique. Cela inclut les blessures cérébrales, les maladies neuro-dégénératives, ou encore les AVC.

Une toute nouvelle façon de voir

Ces dernières années, le Département de Neuroscience et le centre BIG ou Center for Brain Immunology and Glia de l’Université de Virginie ont complètement changé la façon de voir des scientifiques en ce qui concerne la relation entre le cerveau et le système immunitaire. En effet, pendant des décennies, l’on croyait  que le cerveau n’était pas connecté avec le système immunitaire. Les chercheurs de l’Université de Virginie ont démontré le contraire, et aujourd’hui, ceux qui travaillent dans le domaine essaient de voir les différentes implications de cette découverte majeure.

Dans ce cadre, l’un des domaines d’étude concerne les microglies et leur rôle dans la protection du cerveau. L’on sait qu’il est assez difficile de les étudier puisqu’elles sont liées de près à d’autres cellules immunitaires se trouvant dans d’autres parties du corps. Jusqu’à récemment, les outils utilisés dans les laboratoires n’arrivaient pas à distinguer les deux types de cellules lorsque les chercheurs essayaient de cibler les microglies.  

Le rôle des microglies

Samantha J. Batista, doctorante de l’Université de Virginie et premier auteur de l’étude, a utilisé une approche tout à fait innovante pour en savoir plus sur la nature des microglies et comprendre leur rôle face aux infections du cerveau. Avec l’aide de ses collègues, elle a pu découvrir que les infections causaient la mort des microglies de manière inflammatoire. Cette manière n’est pas celle correspondant aux autres cellules immunitaires.

Les scientifiques ont pu déterminer que les microglies explosaient pour « recruter » les cellules immunitaires dénommées macrophages afin que ceux-ci contrôlent l’infection au Toxoplasma gondii. Cette découverte explique pourquoi la majorité des gens n’ont pas de problème par rapport au parasite, mais que quelques-unes, notamment celles qui sont immunodéprimées, peuvent tomber très malades.

Selon Batista, comprendre de tels processus peut être très avantageux pour combattre d’autres maladies impliquant une neuro-inflammation. A l’avenir, l’équipe projette ainsi de comprendre comment les microglies font pour détecter les parasites se trouvant dans le cerveau. Ces cellules pourraient détecter directement la présence des parasites, ou elles pourraient reconnaitre les dégâts causés par le parasite sur le tissu cérébral.

s https://www.technologynetworks.com/neuroscience/news/two-billion-people-have-a-brain-parasite-heres-why-many-havent-noticed-338114