20 ans de Chrono Cross : un album hommage téléchargeable gratuitement

À l’occasion des bientôt 20 ans de Chrono Cross, le site OC ReMix offre en téléchargement gratuit sur son site un album hommage à la partition de Yasunori Mitsuda. Chronopolis rassemble 28 artistes pour un total de 29 pistes disséminées sur deux disques virtuels, « Frozen » et « Flame ».

Le 18 novembre 1999, soit il y a déjà près de vingt ans, sortait au Japon Chrono Cross. La PlayStation qui l’accueillait alors n’avait même eu pas besoin de lui pour s’imposer comme une machine de choix en matière de RPG nippons. Et pourtant, c’est aujourd’hui l’un des noms qui ressortent le plus quand il est question de flatter la ludothèque de la 32 bits.

Chrono Cross

À l’heure où les compositions musicales de titres indépendants semblent particulièrement récolter l’adhésion, rappelons-nous de ce temps où Square Enix, alors encore Squaresoft, offrait à des compositeurs japonais un écrin de qualité pour leurs travaux. En œuvrant sur Chrono Trigger, Xenogears et Chrono Cross, Yasunori Mitsuda se sera imposé comme l’un des artistes musicaux les plus enchanteurs de la firme.

« Chronopolis » : un album de 28 pistes rendant hommage à l’OST de Chrono Cross

C’est précisément l’un des derniers JRPG de renom de la PlayStation qui récolte aujourd’hui l’hommage de la communauté OC ReMix. Un nom qui m’a toujours effrayé, voyez-vous, car évoquant en moi des reprises qui tâchent, entendez-là par là des arrangements tout sauf subtils. Sans compter une qualité de manipulation pas forcément au rendez-vous.

Mais étant donné que je n’ai aucun exemple à vous donner et qu’OC ReMix ne se résume pas à un ou à une poignée d’artistes, accueillons par conséquent avec toute la neutralité possible Chronopolis, un album hommage à Chrono Cross.

Un album disponible depuis le 18 mars dernier et ce gratuitement. L’ensemble est riche de 29 pistes réalisées par 28 artistes, lesquels y vont d’ailleurs chacun de leur commentaire sur leurs pistes respectives. Je pourrais continuer en écrivant que l’écoute des sept premières pistes n’a rien inscrit de sensiblement mémorable, au sens positif du terme, dans mes oreilles, et que le ressenti extérieur que j’ai toujours nourri envers OC ReMix a semblé se vérifier ici. Mais vous me plaindriez alors d’être fermé à tant de propositions pourtant uniquement motivées par la gratitude.