2015 BZ509, l’astéroïde venu d’ailleurs

Si la nature n’a pas fini de nous surprendre, l’espace n’est pas en reste. Des scientifiques ont découvert un astéroïde qui ne provient pas de notre système solaire. Baptisé 2015 BZ509, la découverte a été annoncée ce lundi 21 mai 2018 par Fathi Namouni, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Helena Morais de l’université d’État de São Paulo (Unesp) au Brésil.

À vrai dire, les deux chercheurs avaient remarqué 2015 BZ509 il y a déjà quatre ans, en 2014. L’astéroïde tournait autour de Jupiter, mais à contre-courant des autres corps célestes du système solaire. Intrigués, Fathi Namouni et Helena Morais ont procédé à plusieurs calculs et simulations pour enfin découvrir que le 2015 BZ509 provenait en fait d’une autre galaxie.

Simulateur astéroïdes

Les résultats des recherches ont été publiés dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society Letters.

Un « immigré interstellaire » qui compte rester

2015 BZ509 est un petit astéroïde denviron 3 km de diamètre. Depuis sa découverte, il squatte l’orbite de Jupiter et aurait pu se fondre dans la masse s’il ne tournait pas dans le sens contraire des autres corps célestes. Selon les calculs de Namouni et Morais, l’astéroïde effectue une révolution en 11,6 ans, soit à la même vitesse que la plus grande planète de la Voie lactée.

Les deux chercheurs ont également découvert que si 2015 BZ509 n’est pas né dans notre galaxie, l’astéroïde compte bien y rester, ce qui est une première. Ce n’est pas la première fois qu’un corps céleste étranger est découvert dans notre système solaire, mais tous n’ont été que de passage, comme le cas d’Oumuamua, cet astéroïde étranger découvert en 2017.

Comment 2015 BZ509 est-il arrivé chez nous ?

Le CNRS explique que l’astéroïde aurait été en quelque sorte « capturé » par Jupiter et coincé dans notre galaxie.

Le centre avance notamment que « La grande proximité des étoiles au moment où le système solaire s’est formé combinée aux forces gravitationnelles des planètes ont pu permettre à ces systèmes stellaires d’attirer, d’enlever et de capturer des astéroïdes les uns des autres. »

Si le cas de 2015 BZ509 est une véritable première, les découvertes similaires pourraient bien se multiplier d’ici les prochaines années. Fathi Namouni et Helena Morais pensent avoir identifié de nombreux autres astéroïdes étrangers à notre système solaire mais évoluant cette fois-ci sur une orbite polaire et perpendiculaire du plan où sont situées les orbites des planètes.

Mots-clés astéroïdesespace