2019 a été l’année la plus chaude pour nos océans depuis les années 50, disent ces chercheurs

Le réchauffement climatique ne peut avoir que des impacts négatifs sur notre planète. Du côté des océans, l’année 2019 a été révélée comme celle qui fut la plus chaude pour ces derniers depuis les années 50.

Publié dans la revue Advances in Atmospheric Sciences, un article a récemment établi que la température moyenne des océans pour cette décennie est également la plus élevée jamais enregistrée. Comme si cela ne suffisait pas, elle ne cesse de croître chaque année, ce qui ne présage rien de bon.

Crédits Pixabay

D’après les résultats des études qui ont été le sujet de l’article publié dans Advances in Atmospheric Sciences, en 2019, la température moyenne des océans a augmenté d’environ 0,075 °C, comparé à la valeur enregistrée entre 1381 et 2010.

Des résultats qui inquiètent les chercheurs, à juste titre

Même si la l’augmentation de la température moyenne des océans qui est de 0,075 °C semble basse, cela indique que les océans ont absorbé 228 sextillions de joules en termes de chaleur emmagasinée. Ce qui est vraiment grave, car c’est l’équivalent de 3,6 milliards d’explosions de bombes atomiques semblables à celle qu’a connue Hiroshima, selon l’équipe de recherche dirigée par Lijing Cheng.

En comparant l’augmentation de la température moyenne des océans entre 1987 et 2019 d’avec son niveau durant la période comprise entre 1955 et 1986, l’équipe dirigée par Cheng a pu montrer que le niveau de la chaleur avait été multiplié par 4,5. Ces résultats sont alarmants et les conséquences d’un tel réchauffement des océans peuvent être désastreuses.

Les conséquences d’un réchauffement de l’océan ne peuvent être que néfastes

Si l’évolution de la température des océans se poursuit ainsi, 60 % de tous les récifs coralliens seront confrontés à de sérieuses menaces d’ici 10 ans, c’est-à-dire d’ici 2030, et 98 % des récifs deviendront des endroits particulièrement dangereux, voire mortels. Par la suite, la mort des coraux provoquera également la disparition des poissons qui en dépendent, soit un quart de toutes les espèces de poissons.

Par ailleurs, le réchauffement des océans entraînera la montée des eaux et l’apparition de tempêtes particulièrement violentes. Les eaux vont également blanchir les coraux, engendrant ainsi la mer d’un très grand nombre de poissons et d’oiseaux marins.

D’ici 2100, la mer pourra s’élever de 90 centimètres de plus si nous continuons d’émettre des gaz à effets de serre comme nous le faisons actuellement. Par la suite, plusieurs centaines de millions de personnes se trouvant le long des côtes seront également dans l’obligation de quitter les lieux.