23 nouvelles espèces disparues

23 nouvelles espèces ont disparu de la surface de la Terre. C’est ce que l’U.S. Fish and Wildlife Service (l’organisme fédéral des États-Unis chargé de la gestion et de la préservation de la faune) a annoncé au monde, mercredi dernier, dans un communiqué. Parmi ces espèces désormais considérées comme éteintes figurent plusieurs espèces d’oiseaux, huit espèces de moules d’eau douce, deux espèces de  poissons, une de chauve-souris et une plante.

Selon, Deb Haaland, actuelle secrétaire du Ministère américain de l’Intérieur, ces disparitions sont les preuves des effets dévastateurs du changement climatique et des activités humaines sur la nature. Elles mettent également en exergue la nécessité de prendre des mesures pour éviter que d’autres extinctions de ce genre se produisent dans le futur.

Une flamme symbolisant la disparition d'une personne
Image par Andreas Lischka de Pixabay

Face à ces pertes, au dérèglement climatique et à la réduction des habitats naturels des animaux, Deb Haaland a déclaré qu’il était temps de “déployer des efforts proactifs, collaboratifs et innovants pour sauver la faune américaine “.

A lire aussi : Les 8 morts les plus choquantes des séries Netflix

Le pic à bec d’ivoire : une des plus grosses pertes pour la faune américaine

Originaire du sud-est des États-Unis, le pic à bec d’ivoire a lutté pour sa survie depuis les années 1800. Pour cause, ce majestueux volatile a abondamment été chassé pour être revendu à des collectionneurs ou à des chapeliers. Il a été des plus convoités, non seulement pour son élégant plumage noir et blanc, mais aussi pour sa crête, d’un très beau rouge. 

D’après l’US Fish and Wildlife Service, le pic à bec d’ivoire a été vu pour la dernière fois dans le nord-est de la Louisiane en 1944. Pourtant, il n’a été classé espèce menacée qu’en 1967. Les scientifiques ont ainsi expliqué que même si des efforts de conservation ont été faits, ceux-ci ont été réalisés bien trop tard, aussi bien pour le pic à bec d’ivoire que pour les autres espèces dorénavant considérées comme disparues.

« La chose qui a fondamentalement poussé le pic à bec ivoire vers l’extinction a été la destruction des forêts vierges dans le sud-est (des États-Unis), qui a vraiment commencé après la guerre civile américaine. »

John Fitzpatrick, directeur émérite du Cornell Lab of Ornithology

A lire aussi : Les animaux aussi savent compter

Il y a encore de l’espoir !

À noter que même si l’US Fish and Wildlife Service a déterminé que ces 23 espèces étaient éteintes, beaucoup pensent encore qu’il reste un espoir de revoir certaines d’entre elles. John Fitzpatrick, qui a participé aux efforts de recherches du pic à bec d’ivoire dans l’Arkansas dans les années 2000, fait partie de ceux qui n’ont toujours pas baissé les bras.

“Chaque décennie, il y a eu des informations crédibles selon lesquelles il (le pic à bec d’ivoire) existait toujours aux États-Unis […] Je ne suis pas prêt à admettre qu’il s’est éteint […]”

Quoi qu’il en soit, il faut savoir que le processus pour retirer ces espèces déclarées disparues de la liste des espèces menacées a déjà été lancé. Le public et les scientifiques n’ont donc plus que jusqu’au 29 décembre prochain pour apporter la preuve que l’une de ces espèces existe encore.