2I/Borisov ne présente aucun signe d’une technologie extraterrestre

Le SETI a effectué un scan complet de 2I/Borisov afin de déterminer si le corps était d’origine naturelle ou artificielle. L’opération n’a rien donné.

2I/Borisov a été repéré en octobre dernier par un astronome amateur originaire de la Crimée. Alors qu’il était en train d’observer le ciel avec son équipement, son attention a été attirée par un étrange point lumineux situé aux confins du système.

2I/Borisov vu par Hubble

Capture YouTube

Intrigué par sa découverte, il a immédiatement tenté de calculer sa trajectoire et il a alors réalisé que le point d’origine du corps le plaçait en dehors du système solaire.

2I/Borisov, le second corps interstellaire découvert

Sans le savoir, il venait de découvrir le second objet interstellaire de l’histoire de l’humanité.

Comme il est de coutume, Gennady Borisov a immédiatement fait part de ses découvertes à l’Union astronomique internationale. Après une longue enquête, cette dernière a confirmé ses conclusions.

Plusieurs études ont été menées par la suite afin de tenter de déterminer la nature exacte et l’origine de ce corps. Trois astronomes polonais ont ainsi calculé que 2I/Borisov avait de bonnes chances de provenir d’un système binaire composé de deux naines rouges, un système situé à 13,15 années-lumière de notre propre système.

De son côté, le SETI a aussi mené sa propre enquête, une enquête visant principalement à déterminer si le corps repéré par Borisov est d’origine naturelle… ou artificielle.

Après un scan complet de l’objet, les chercheurs de l’organisation ont présenté leurs conclusions préliminaires lors de la réunion annuelle de l’American Association for the Advancement of Science. Et le bilan est loin d’être positif.

Les analyses du SETI n’ont rien donné

En effet, les analyses menées par le SETI n’ont rien donné et elles n’ont ainsi révélé aucun signe de technosignature. Autrement dit, 2I/Borisov ne serait ni une sonde ni un vaisseau extraterrestre, mais une simple comète interstellaire.

Il faut d’ailleurs rappeler que 2I/Borisov n’est pas le seul corps à avoir eu droit à un tel traitement de faveur. Le SETI avait également mené des analyses poussées sur Oumuamua, le premier objet interstellaire repéré par nos instruments. Et une fois de plus, les scans menés n’avaient rien donné. Ce qui n’a, semble-t-il, pas entamé l’enthousiasme de certains chercheurs.

Reste que l’absence de résultat de ces analyses n’est pas réellement une preuve en soi. Pour mener leur étude, les chercheurs du SETI se sont en effet appuyés sur notre propre conception de la technologie. Ils se sont donc focalisés sur le rayonnement électromagnétique et sur les signaux radio.

Mais bien sûr, s’il existe réellement quelque part une civilisation extraterrestre avancée, alors rien ne dit qu’elle utilise une technologie comparable à la nôtre.

Mots-clés extraterrestresseti