2I/Borisov serait bien en train de se désintégrer

2I/Borisov n’en aurait plus pour très longtemps. Conformément à ce que les astronomes avaient déjà remarqué, le deuxième visiteur interstellaire de notre histoire serait proche de la désintégration.

Hubble a en effet permis à une équipe de recherche de confirmer les premières constatations faites par leurs confrères. D’après un article publié dans le Astronomer’s Telegram, la comète 2I/Borisov aurait le plus grand mal à conserver son intégrité physique.

2I/Borisov vu par Hubble

Capture YouTube

En d’autres termes, elle serait actuellement en train de se désintégrer.

2I/Borisov est en train de se désintégrer

Trois relevés successifs ont ainsi été faits aux dates du 23 mars, du 28 mars et du 30 mars. Les images du premier relevé ont révélé l’existence d’un seul noyau de lumière interne. Exactement comme tous les précédents relevés effectués avant.

En revanche, et comme le fait remarquer David Jewitt, les autres relevés ont montré des résultats un peu différents.

Celui du 30 mars a ainsi mis en exergue comme un décalage du noyau, un décalage aligné avec la queue de la comète. Les chercheurs en déduisent que son coeur est en train de perdre sa stabilité, ce qui n’a par ailleurs rien de surprenant.

Contrairement aux astéroïdes, les comètes ont un noyau fait de glace. Et bien entendu, ce noyau change lorsque le corps approche d’une puissante source de chaleur, notamment en libérant des gaz.

2I/Borisov a justement atteint son périhélie, et donc le point le plus proche de notre étoile, le 8 décembre dernier. Le noyau a donc subi des altérations et c’est précisément ce que révèlent ces relevés.

Une opportunité pour l’étudier

Des relevés qui montrent très clairement que le noyau a été altéré et que le corps de la comète est en train de se disloquer. Très concrètement, cela veut dire que 2I/Borisov est en train de se désintégrer et le processus est en plus bien engagé.

Si le destin de ce visiteur venu de loin semble scellé, cette dislocation représente une formidable opportunité pour les astronomes. Elle va en effet leur permettre d’étudier plus en détail le corps et d’obtenir des images de son spectre.

Des images qui devraient nous aider à savoir si cette comète interstellaire est dotée des mêmes attributs que nos propres comètes.

Si 2I/Borisov n’est pas le premier corps interstellaire à entrer dans notre système – la palme revient à Oumuamua – il nous aura tout de même permis d’en apprendre beaucoup sur ces objets. Repéré lors de son entrée dans notre système, il nous a en effet laissé un peu plus de temps pour l’étudier. Et cette désintégration progressive nous permettra encore d’en apprendre un peu plus à son sujet.

Mots-clés astronomiecomètes