2I/ Borisov : un premier dégazage détecté pour la comète interstellaire

2I/ Borisov a été repéré le moins dernier par un astronome amateur et le corps s’est rapidement retrouvé au centre de toutes les attentions. Logique, puisqu’il s’agit en réalité du deuxième visiteur interstellaire repéré par nos instruments. Il vient donc rejoindre Oumuamua sur le banc des corps venus d’ailleurs.

Plusieurs études ont été menées suite à sa découverte et l’UAI, pour Union Astronomique Internationale, a fini par confirmer son statut.

Comète K2

Crédits Pixabay

Si la découverte de cet objet interstellaire a fait autant de bruit, ce n’est pas uniquement en raison de sa provenance. Contrairement à Oumuamua, il a en effet été repéré lors de son entrée dans notre système et nous aurons donc plus de temps pour l’étudier.

2I/ Borisov, un second visiteur interstellaire

2I/ Borisov devrait donc nous apprendre beaucoup de choses sur ces corps, et par extension sur les systèmes stellaires situés autour de nous. L’objet représente donc une formidable opportunité de mieux comprendre le monde qui nous entoure.

De nombreux astronomes ont donc les yeux rivés sur le corps, et certains d’entre eux ont fait une toute nouvelle découverte.

En utilisant le télescope William Herschel, un télescope de 4,2 mètres situé dans les îles Canaries en Espagne, des astronomes ont ainsi repéré des gaz émis à sa surface. Si ces derniers confirment bien entendu la nature cométaire de l’objet, ils devraient également nous en apprendre un peu plus sur sa composition.

En effet, le 20 septembre, l’équipe en charge du télescope a réussi à obtenir un spectre de ces fameux gaz.

Du cyanogène détecté autour de 2I/ Borisov ?

Dans leur article, un article proposé à Astrophysical Journal Letters, l’équipe explique avoir détecté une pointe nette sur une longueur d’onde connue dans la partie ultraviolette du spectre obtenu. Une longueur d’onde qui correspondrait selon eux à du gaz cyanogène.

Le cyanogène n’est pas franchement ce que l’on pourrait appeler un gaz rare et on en trouve ainsi autour de la plupart des comètes. Toutefois, le fait qu’il s’agisse d’un gaz commun prouve au moins que toutes les comètes possèdent les mêmes caractéristiques, qu’elles proviennent ou non de notre système solaire.

L’équipe scientifique du William Herschel ne compte cependant pas en rester là. En réalité, d’après eux, les dégazements devraient se poursuivre à mesure que 2I/ Borisov approche de notre étoile et nous devrions donc être en mesure de collecter rapidement de nouvelles données. Données qui déboucheront peut-être sur de nouvelles découvertes.

Mots-clés comète