(3122) Florence, l’astéroïde géant aux deux lunes

(3122) Florence a fait couler beaucoup d’encre au début du mois lorsque son existence a été portée à la connaissance du grand public. Les chercheurs viennent de découvrir que l’astéroïde s’accompagnait de deux lunes.

L’espace compte un nombre infini d’astéroïdes et notre propre système stellaire en abrite un certain nombre. La plupart de ces corps passent totalement inaperçus, mais ce n’a pas été le cas de (3122) Florence.

Simulateur astéroïdes

Et c’est tout à fait normal, car cet astéroïde n’a rien de commun.

(3122) Florence, un géocroiseur qui en impose

Immense, il atteint en effet les 4,9 kilomètres de diamètre et il est donc un des plus gros astéroïdes connus à l’heure actuelle. Pour ne pas arranger les choses, le corps se classe également dans la catégorie des géocroiseurs et cela veut dire qu’il évolue de temps à autre à proximité de notre planète.

(3122) Florence est ainsi passé à environ sept millions de kilomètres de notre monde au début du mois et les astronomes ont évidemment profité de l’occasion pour l’observer à l’aide de leurs instruments. Cela n’a d’ailleurs rien de surprenant, car cet astéroïde n’était pas passé aussi près de la Terre depuis la fin du dix-neuvième siècle et personne ne connaissait son existence à l’époque.

Pour l’analyser, les chercheurs ont fait appel à plusieurs instruments et ils ont notamment choisi de s’appuyer sur le Goldstone Observatory situé dans le désert des Mojaves pour l’observer sous toutes les coutures.

Deux satellites ont été découverts autour de l’astéroïde

Ils ont visiblement été bien inspirés de le faire, car les astronomes ont alors réalisé que l’astéroïde se trouvait en charmante compagnie.

Le corps s’accompagne en effet de deux petites lunes orbitant autour de lui. La première est la plus compacte et elle mesure une centaine de mètres de diamètre, mais la seconde va plus loin et elle atteint ainsi les trois cents mètres de diamètre. En poussant plus loin leurs investigations, les chercheurs ont également déterminé que la lune la plus éloignée avait besoin de vingt-deux à vingt-sept heures pour faire le tour de l’astéroïde.

Ce n’est évidemment pas la première fois que l’on détecte des satellites autour d’un astéroïde, mais personne n’avait été encore en mesure d’observer ces lunes avant le passage de (3122) Florence.