(3200) Phaéton va venir rendre visite à la Terre le 16 décembre

La Terre va recevoir à la mi-décembre la visite d’un astéroïde un peu particulier. (3200) Phaéton mesure en effet cinq kilomètres de diamètre et il passera à “seulement” dix millions de kilomètres de notre position.

Observé pour la première fois en 1983 grâce au télescope spatial infrarouge IRAS par Simon Green et John K. Davies, (3200) Phaéton a été baptisé ainsi en hommage de Phaéton, le fils du dieu du soleil dans la mythologie grecque. Ce nom lui va d’ailleurs comme un gant puisqu’il passe à une distance de notre astre plus proche de celle de tous les autres astéroïdes répertoriés.

Sauver Terre

Son périhélie se situe en effet à 0,139 unités astronomiques, soit à une distance équivalente à environ 58 % du rayon orbital de Mercure.

(3200) Phaéton, un astéroïde pas comme les autres

Ce n’est cependant pas le plus intéressant. D’après les études menées par les astronomes, (3200) Phaéton serait également à l’origine des Géminides et donc de la pluie d’étoiles filantes observable chaque année en décembre.

Compte tenu de son lien avec les Géminides, certains chercheurs pensent que le corps serait en réalité le cœur d’une comète éteinte.

Une chose est sûre en tout cas, (3200) Phaéton n’est pas un poids plume et il est ainsi doté d’un diamètre de cinq kilomètres. Ce détail est d’ailleurs loin d’être anodin, car la dangerosité d’un astéroïde dépend à la fois de sa nature et de sa taille. Si ce corps devait un jour entrer en contact avec notre planète, il serait potentiellement capable de provoquer un hiver d’impact pouvant à terme conduire à la disparition de l’humanité.

Fort heureusement, (3200) Phaéton ne représente pas la moindre menace pour le moment. Selon les estimations effectuées par les agences spatiales, le corps devrait en effet passer au plus près à dix millions de notre planète, soit à une distance bien supérieure à celle séparant notre monde de son satellite naturel, la Lune.

Les astronomes vont pouvoir l’étudier

Toutefois, l’astéroïde passera suffisamment près pour pouvoir être étudié à l’aide de nos instruments et les astronomes comptent ainsi profiter de son prochain passage – programmé le 16 décembre – pour analyser le corps et générer un modèle en trois dimensions de sa structure.

Une démarche censée puisque l’astéroïde devrait passer en 2093 à un peu moins de trois millions de kilomètres de notre planète. À terme, il est donc susceptible de représenter une menace et il est indispensable de l’étudier dès à présent pour éviter des désagréments aux générations futures.

En parallèle, l’arrivée de (3200) Phaéton dans les environ marquera aussi le coup d’envoi des Géminides et des centaines de corps devraient ainsi venir s’échouer dans notre atmosphère dans la nuit du 13 au 14 décembre.