4 choses à ne pas faire si vous tenez à votre compte WhatsApp

WhatsApp est à l’heure actuelle une des messageries les plus utilisées à travers le monde. Elle compte en effet plus de deux milliards d’utilisateurs actifs et elle est très populaire sur de nombreux marchés comme l’Inde ou encore l’Amérique latine.

Et si l’application fait face actuellement à une fronde de la part de ses utilisateurs en raison du changement amorcé au niveau de ses CGU, sa popularité ne semble pas vouloir décroître.

WhatsApp sur un iPhone
Crédits Pixabay

Il est d’ailleurs possible que vous l’utilisiez vous-même au quotidien, dans un cadre privé ou même professionnel. Et justement, si vous tenez à votre compte WhatsApp, voici 4 choses à ne surtout pas faire sous peine de le voir suspendu… temporairement ou définitivement.

Cet article a été rédigé en juin 2021 et il se base donc sur la version des CGU de WhatsApp qui était en place à cette époque. Il est bien entendu possible que ces CGU évoluent dans un avenir plus ou moins proche.

1/ Partager des contenus illégaux

La première raison qui pourrait vous valoir les foudres des modérateurs de la plateforme a trait aux contenus partagés.

WhatsApp ne se cantonne en effet pas à des messages textuels. L’application permet aussi de partager des images, des vidéos, des liens et plein d’autres choses encore.

En revanche, dans ses conditions, WhatsApp précise que les utilisateurs de la solution ne sont pas autorisés à violer les droits de propriété intellectuelle d’une autre personne. Autrement dit, ils ne doivent pas partager des contenus piratés ou des liens pointant vers ces mêmes contenus. Cela vaut également pour les photos.

Un utilisateur ne respectant pas cette règle s’expose à des mesures drastiques pouvant entraîner la suspension de son compte.

2/ Harceler d’autres utilisateurs

Sans grande surprise, WhatsApp applique une politique de tolérance zéro à l’égard des utilisateurs qui harcèlent ou insultent d’autres personnes.

Si vous ne respectez pas cette règle et si cette personne vous signale, alors vous êtes susceptible de perdre temporairement ou définitivement l’accès à votre compte. A noter que le cyberharcèlement est aussi puni par la loi.

En France, par exemple, l’auteur d’un harcèlement en ligne âgé de plus de 15 ans s’expose à une peine de deux ans de prison et à 30 000 € d’amende. Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez vous reporter à cette page.

3/ Spammer des utilisateurs de la plateforme

WhatsApp, comme toutes les applications sociales, est souvent confronté à des opérations de grande envergure menées par des spammeurs. Elles sont bien entendu interdites et tout contrevenant à cette règle s’expose donc à des mesures de suspension ou même de bannissement.

A noter que cette mesure vaut également pour les API proposées par la plateforme. Toutes les personnes souhaitant les exploiter doivent se plier à des règles strictes et ne pas chercher à les détourner.

Vous trouverez ici toutes les conditions associées à l’utilisation des API de WhatsApp (tout en bas de la page).

4/ Utiliser un client tiers

WhatsApp impose à ses utilisateurs de passer par son propre client et donc par son application officielle.

Seul problème, il existe sur le marché de nombreuses applications tierces comme WhatsApp plus ou encore GB WhatsApp. L’entreprise a donc pris des mesures pour restreindre leur accès et toutes les personnes utilisant ces outils s’exposent à un bannissement temporaire.

Il est en revanche possible de revenir dans le droit chemin et de lever cette mesure en retournant sur l’application officielle. WhatsApp propose d’ailleurs des guides complets sur cette page.

Pour aller plus loin, vous pouvez également consulter ce dossier qui liste les principales options de confidentialité de la plateforme.

Mots-clés whatsapp