4 choses que vous ne devez plus dire à votre enfant selon un neuroscientifique

Il est normal que des désaccords apparaissent entre parents et enfants dans une famille. Cela peut toutefois tourner mal quand les parents ne font pas assez attention à ce qu’ils disent quand ils veulent corriger leurs enfants.

Certains mots ou certaines phrases peuvent en effet amener un enfant, qui était plutôt ouvert au début de la discussion, à se fermer et devenir plus hostiles. D’après William Stixrud, neuroscientifique clinicien et professeur en psychiatrie et en pédiatrie au George Washington University School of Medecine, et Ned Johnson, fondateur de PrepMatters, il existe certaines phrases que les parents ont souvent l’habitude de dire à leurs enfants mais qu’il faudrait surtout éviter. Ces phrases, selon eux, même prononcées avec de bonnes intentions, ne peuvent pas fonctionner pour apprendre l’autodiscipline.

Un enfant en train de réfléchir
Crédits Pixabay

Si vous dites souvent ces choses à vos enfants, il est peut-être temps d’arrêter. Voici pourquoi.

A lire aussi : Les enfants nés aujourd’hui feront face à une vie de catastrophes naturelles

Dire que s’ils ne travaillent pas dur maintenant, ils le regretteront pour le reste de leur vie

Beaucoup de parents pensent qu’utiliser la peur est un moyen efficace pour susciter la motivation chez l’enfant. Au contraire, cela pourrait le stresser davantage et le décourager à faire des efforts lorsqu’on lui rappelle combien il est important qu’il fasse mieux. De plus, ces types de phrase dépassent parfois la compréhension des enfants, étant donné qu’ils ne sont pas encore capables de penser à l’avenir comme le font les adultes.

Pour encourager un enfant à réussir, il faudrait plutôt formuler la phrase d’une toute autre manière, par exemple en disant : « Tu ne maîtrises pas encore…, mais tu peux t’améliorer. Regarde tout le chemin que tu as déjà parcouru ! ».

Il faudrait aussi l’aider à voir les aspects positifs des choses : « Oui, … est difficile. Mais tu auras davantage confiance en toi pour relever de futurs défis comme celui-ci si tu continues à t’entrainer, et tu te sentiras vraiment bien ».

D’autre part, il est aussi important que les parents encouragent leur enfant à s’intéresser à autre chose que les études. « Je sais que … a été difficile, mais j’aime que tu travailles dur au baseball, et je suis sûr que tu seras capable de travailler tout aussi dur en classe si tu fais les mêmes efforts ».

Leur dire que c’est votre travail de les protéger

Quand les enfants sont petits, les parents ont le devoir de les protéger, étant donné qu’ils ne sont pas encore capables de prendre soin d’eux-mêmes. Mais quand ils grandissent et atteignent le collège et le lycée, cela devient presque impossible puisque les parents ne peuvent plus être tout le temps avec eux.

Pour qu’un enfant puisse être plus indépendant, le laisser penser que ses parents seront toujours là pour veiller à sa sécurité n’est pas la meilleure manière de procéder. Cela pourrait au contraire l’inciter à se comporter avec imprudence, puisqu’il pense qu’il y a toujours un filet de sécurité, ce qui n’est pas toujours le cas. Les parents doivent cependant veiller à toujours être clairs sur les choses et les risques qu’il ne doit pas prendre pour sa propre sécurité.

Il ne faudrait ainsi pas hésiter à faire part de vos préoccupations à votre enfant, de lui permettre de faire des erreurs pour qu’il puisse apprendre lui-même la leçon, puis d’en parler avec lui après coup pour qu’il comprenne mieux.

Vous pouvez aussi discuter ensemble des dangers éventuels : « J’ai quelques inquiétudes à propos de …, mais j’imagine que tu as une idée différente en tête. Peux-tu me dire comment tu vas gérer les choses si … tourne mal, afin que nous soyons tous les deux tranquilles ? ». 

Dire qu’ils sont punis car ils doivent apprendre que leur comportement est inacceptable

Selon les recherches, les punitions sont inefficaces pour modifier le comportement et peuvent nuire à la relation qui existe entre les parents et leurs enfants. En effet, elles n’apprennent pas aux enfants ce qu’ils doivent faire. Les menaces les incitent plutôt à mentir et à cacher leurs problèmes, même quand ils ont besoin d’aide.

Ainsi, au lieu d’imposer votre opinion à votre enfant, essayez de communiquer avec lui de manière respectueuse. Cela l’incitera à venir vous voir plus tard. Vous pouvez par exemple lui dire : « Je veux que tu saches que je ne suis pas d’accord avec ce que tu as fait, mais je veux vraiment comprendre où tu veux en venir ». Il faut aussi discuter ensemble des conséquences à l’avance et de s’assurer que vous et votre enfant soyez d’accord avec elles. Le plus important est d’être précis, stratégique et raisonnable.

Dire qu’ils passent trop de temps sur leur téléphone

Ce que les parents doivent essayer de comprendre, c’est que les enfants d’aujourd’hui vivent dans un monde bien différent du leur, quand ils étaient eux-mêmes des enfants. Si auparavant, les enfants appréciaient particulièrement se passer des bouts de papier avec des messages ou encore visiter les arcades de jeux vidéo, les enfants de nos jours sont plutôt attirés par les jeux sur leur smartphone et les médias sociaux. Leur suggérer d’éliminer cette partie de leur vie n’est ainsi pas une bonne idée.

Ce qu’il faudrait plutôt faire, c’est de les aider à gérer leur relation avec la technologie, surtout maintenant que cela fait désormais partie intégrante du quotidien.

Ce que les parents peuvent faire afin que leurs enfants ne passent pas trop de temps sur leur téléphone, c’est d’essayer d’augmenter leur influence sur eux. Ils peuvent par exemple essayer de s’intéresser aux jeux auxquels leurs enfants jouent, aux émissions qu’ils regardent ou aux livres qu’ils lisent et participer avec eux.

Les parents peuvent aussi leur donner une raison d’éteindre leur téléphone, en leur proposant d’aller ensemble à la bibliothèque pour choisir de nouveaux livres, par exemple.

Et le plus important, c’est de savoir mieux encadrer que de surveiller. Vous pouvez par exemple dire : « De combien de temps as-tu besoin pour finir ce que tu es en train de faire ? Je ne veux pas t’interrompre, mais je veux aussi que tu sois sur ton téléphone d’une manière qui semble équilibrée ».