4 drôles de trucs trouvés dans Google Maps qui feront encore la joie des complotistes

Google Maps n’a pas uniquement su trouver sa place auprès des curieux. La solution est aussi très populaire chez les complotistes et il ne se passe ainsi pas une semaine sans que ne surgissent sur la toile de nouvelles vidéos ou de nouvelles captures présentant des phénomènes prétendument “inexpliqués”.

Étranges traînées dans la neige de l’Antarctique, traces suspectes dans l’océan, ces contenus sont légion et il suffit finalement de se baisser pour en ramasser.

À lire aussi : 4 drôles de trucs trouvés sur Google Maps qui feront la joie des complotistes

La preuve par l’exemple avec cette sélection de 4 trucs qui devraient faire la joie des complotistes.

1/ Les étranges artefacts du lac Titicaca

Il y a de drôles d'artefacts du côté du lac Titicaca sur Google Maps

Il y a de drôles d’artefacts du côté du lac Titicaca sur Google Maps

Et on attaque très très fort avec ces étranges artefacts vert et jaune trouvés à la surface du lac Titicaca dans la cordillère des Andes.

Si vous vous rendez là-bas avec Google Maps, vous trouverez en effet deux de ces artefacts, à seulement quelques mètres de l’îlot d’Amantani. S’agit-il de repères pour des vaisseaux extraterrestres, ou d’une étrange technique visant à faire disparaître une base sous-marine top secrète appartenant à l’armée ?

Rien de tout cela. Ces artefacts ne sont en effet rien de plus que des bogues provoqués par l’un des nombreux algorithmes utilisés pour la gestion et l’homogénéisation des cartes. D’ailleurs, si vous faites un tour dans les environs, vous pourrez voir que le lac Titicaca est en réalité composé d’un patchwork de cartes mal assemblées.

2/ Les étranges installations d’Apsagayu No 1A

On tombe parfois sur de drôles de trucs dans Google Maps

On tombe parfois sur de drôles de trucs dans Google Maps

Cette seconde scène a été aperçue en Colombie-Britannique, dans une des grandes étendues d’eau de la région.

C’est en effet là que l’on peut voir ce qui ressemble à plusieurs caravanes ou préfabriqués situés sur une rive, avec de larges pontons abritant des structures longilignes. Quelqu’un chercherait-il à cacher quelque chose ?

Bien sûr que non. Les structures longilignes présentes à la surface de l’étendue d’eau sont en réalité des arbres coupés par les bûcherons de la région, des arbres qui seront vraisemblablement acheminés par voie maritime et qui étaient donc en train d’être regroupés lorsque les satellites ont capturé cette image.

3/ L’aérodrome flouté

Dans Google Maps, certains aérodromes sont floutés

Dans Google Maps, certains aérodromes sont floutés

En France, il existe un aérodrome qui n’est pas visible dans Google Maps. Il se trouve à Sommedieue et il est volontairement plongé dans l’ombre par la solution.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron nous cacherait-il quelque chose ?

Difficile à dire. À la base, cet aérodrome n’a aucun lien avec l’armée de l’air française et il est principalement utilisé dans le cadre d’activités de loisirs et de tourisme, en aviation légère. Les pistes s’accompagnent de pas mal d’infrastructures comme des aires de stationnement, des hangars ou même une station d’avitaillement, mais rien de sensible.

Maintenant, il n’est pas rare de voir des zones floutées dans Google Maps et ces dernières sont très loin de cacher des installations top secrètes. Parmi le type de bâtiments qui sont très souvent cachés, on peut en effet citer les centrales nucléaires ou même les prisons. On se souvient d’ailleurs que le sujet avait fait débat en 2018. Nicole Belloubet, la Ministre de la Justice de l’époque, avait en effet déclaré que toutes les prisons françaises devraient être floutées pour éviter aux détenus et à leurs complices de planifier des évasions.

4/ La montagne de glace cachée

Voilà qui devrait beaucoup plaire à nos amis complotistes

Voilà qui devrait beaucoup plaire à nos amis complotistes

S’il y a une scène de cette liste qui devrait plaire aux complotistes, c’est bien celle-là.

Si vous vous rendez à Nunavut, un territoire fédéral situé au nord du Canada, et que vous explorez la côte depuis la solution de Google, alors vous finirez peut-être par tomber sur cette zone rectangulaire noire.

D’un certain sens, c’est un peu comme si quelqu’un avait collé sur les cartes de Google Maps une image pour cacher quelque chose.

Sauf qu’en réalité, ce n’est pas le cas. Nous le répétons souvent, mais les vues aériennes présentées par Google Maps ne proviennent pas de satellites appartenant à la firme. Google se fournit en effet chez plusieurs prestataires différents. Partenaires dont le nom est toujours mentionné dans la légende des images, en bas à droite.

Sauf que voilà, toutes les cartes aériennes achetées par Google ne présentent pas forcément les mêmes couleurs ou la même résolution et les Googlers ont donc mis en place des algorithmes pour les uniformiser. Des algorithmes qui peuvent parfois se louper, comme cela semble être le cas ici. Il faut d’ailleurs noter que toute la région est très mal modélisée, ce qui n’a en soi rien de très étonnant compte tenu de l’immensité de la région… et de son manque d’attrait pour l’utilisateur final.

À lire aussi : Voilà pourquoi on trouve ces drôles de chiffres dans Google Maps

Mots-clés googlegoogle maps